Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche et valorisation > Du côté des labos

Entroview surfe sur la vague du véhicule électrique

Publié le 26 octobre 2021
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Issue du GIPSA-Lab*, la toute nouvelle start-up Entroview s’attaque au gigantesque marché des batteries destinées à équiper les véhicules électriques.

entroview

entroview

Face à l’explosion du marché de l’automobile électrique, la production des batteries destinées aux véhicules devient une question stratégique pour l’Europe. Avec tous les enjeux de performances et de fiabilité que cela implique. La toute nouvelle start-up Entroview, créée en juillet 2021 après une incubation à la SATT Linksium, entend surfer sur cette vague.
Son fondateur, Sohaïb El Outmani y valorise les résultats de sa thèse réalisée au GIPSA-Lab après une rencontre déterminante avec Rachid Yazami, co-inventeur de la batterie lithium rechargeable et prix Draper 2014. Concrètement, il a développé et breveté une technique permettant de suivre en temps réel l’état de santé d’une batterie rechargeable à partir de mesures de paramètres électriques et thermodynamiques comme l’entropie. « Nous sommes capables de mesurer l’entropie d’une batterie en temps réel grâce à des algorithmes d’identification de modèles et au machine learning, explique Sohaïb El Outmani, dont la thèse a été encadrée par Olivier Sename et Pierre Granjon, enseignants à Grenoble INP – Ense3, UGA, et chercheurs au GIPSA-Lab. Avec les outils classiques, il faut plusieurs jours pour mesurer cette valeur. Or, cette dernière donne une très bonne idée de l’état de charge et de santé d’une batterie, bien plus précise que les autres types de tests. »

entroview

Des applications potentielles à différents niveaux de la chaîne de valeur


Outre une meilleure gestion des cycles de charge et décharge de la batterie, et donc à terme, un allongement de la durée de vie de cette dernière, cette technologie ouvre des perspectives bien plus prometteuses.

La nécessité prochaine de produire des batteries pour véhicules électriques à grande échelle se traduit actuellement par la création de gigantesques usines de batteries, les gigafactories. Celles-ci fabriqueront des milliards de cellules qui devront subir des tests de qualité prenant parfois plus d’une semaine avant d’être commercialisées. La start-up est en train de développer une méthode qui permettra de réduire, voire d’éliminer ce temps de test. Les premiers résultats obtenus sont encourageants.

La technologie d’Entroview est également utilisable à d’autres étapes de la chaîne de valeur. La start-up travaille actuellement avec un grand groupe industriel mondial avec lequel elle s’apprête à signer un partenariat, pour diagnostiquer l’état de santé des parcs de batteries utilisés afin de réguler la production d’énergies renouvelables intermittentes. « Cela devrait permettre d’éviter les arrêts hebdomadaires nécessaires pour recalibrer les batteries. » Enfin, elle est en contact avec des gigafactories, qui s’intéressent de près aux activités de la start-up.

*CNRS, Grenoble INP – UGA, UGA
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 26 octobre 2021

Contact

Université Grenoble Alpes