Aller au menu Aller au contenu
Participer : assos, sport, culture, alumni
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Participer : assos, sport, culture, alumni
Participer : assos, sport, culture, alumni

> Vie étudiante

Rencontre avec Clélia Moreau, vice-présidente adjointe : "le travail collaboratif a été très efficace pendant la crise"

Publié le 16 juillet 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Clélia Moreau a été nommée, le 13 février 2020, vice-présidente étudiante adjointe de Grenoble INP - UGA aux côtés de Nicolas Thomas, vice-président étudiant. Découvrons son parcours, ses ambitions et ses projets.

clelia moreau grenoble inp

clelia moreau grenoble inp

Une étudiante multi-casquettes !


Etudiante en 1re année dans la filière Prévention des Risques Industriels à Polytech Grenoble, Clélia est aujourd’hui également vice-présidente adjointe étudiante de Grenoble INP aux côtés de Nicolas Thomas. En plus de cela, Clélia est une élue étudiante au CEVU* de Grenoble INP et au CA** de l’UGA.

Son investissement dans les instances ainsi que dans l’associatif lui apporte une vision globale car bien que différents, ces milieux sont aussi complémentaires. « Ce n’est pas toujours facile de tout gérer en même temps, nous confie Clélia, mais j’arrive à prioriser sur le court terme. En période de Covid-19, nous avons dû gérer pas mal d’imprévus et il a fallu bien s’organiser ».


Un début de mandat complexe


Clélia nous avoue que son début de mandat était challengeant du fait du contexte de Covid-19. En revanche c’était pour elle l’occasion d’apprendre à s’adapter à des situations inédites en apprenant à communiquer mieux et plus souvent. La situation évoluant vite, les équipes devaient se tenir régulièrement au courant : « cette période a été très formatrice : gestion de crise, management, prévision, adaptation… »

Un des deux projets que Clélia tient à porter pendant son mandat concerne l’intégration des deux nouvelles écoles : « C’est un point très important. Aujourd’hui c’est plus compliqué, on ne sait pas trop comment faire, on attend la rentrée pour voir ce qu’on peut mettre en place ». Pour cela, Nicolas et Clélia avaient pour objectif d’accélérer le développement de la vie associative et étudiante. Selon eux, c’est grâce à ce genre d’initiative qu’on développe le sentiment d’appartenance. Ils pensaient en outre intégrer les associations de Grenoble IAE et de Polytech Grenoble à celles existantes de Grenoble INP pour les faire travailler ensemble et éviter ainsi les doublons.
 

Une intégration ralentie par la crise


Polytech Grenoble et Grenoble IAE sont désormais représentées dans les instances de Grenoble INP ; deux élèves de chaque école participent aux décisions. Les contacts se font vraiment très facilement d’une école à une autre et même parfois avec l’UGA.

Au niveau du Grand Cercle, Grenoble IAE a fait son entrée récemment tandis que Polytech Grenoble en est un membre à part entière depuis déjà quelques temps. Suite à la crise sanitaire, les plans d’intégration prévus ont pris du retard : « Même si l’intégration se passe en soi plutôt bien, on pense qu’il y avait matière à faire beaucoup mieux. Malheureusement la situation nous en a empêchés pour l’instant. » nous explique la jeune étudiante.

Le deuxième gros projet concerne le groupe de travail santé et prévention : « Nous souhaitions mettre en place une cellule d’écoute et d’accompagnement des étudiants pour les questions de harcèlement, discrimination, violences sexistes et sexuelles. Il s’agirait de personnes « premier contact » formées à l’écoute active qui pourraient ensuite rediriger vers des professionnels ou associations dédiées. »

Les deux vice-présidents étudiants se posent encore de multiples questions dont comment tout mener à bien dans le contexte actuel. Il est encore tôt pour eux de se projeter à la rentrée : « les mesures portées par Grenoble INP sont cohérentes mais côté étudiants, nous n’avons pas envie de revivre certaines situations telles que les examens en distanciel par exemple. ». Force est de constater que les étudiants sont satisfaits de se sentir impliqués et la communication entre l’administration des écoles et de l’établissement et eux a été bonne. La position et le point de vue des étudiants ont été pris en compte dans les décisions, ce que nous souligne Clélia : « On a beaucoup à gagner à travailler ensemble. Entre le Grand Cercle, les élus, l’administration, les associations et les équipes de direction, je dois dire que le travail collaboratif a été très efficace ! »


*CEVU : Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire
**CA : Conseil d'Administration

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 21 juillet 2020

Université Grenoble Alpes