Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche et valorisation

CIME Nanotech : plus de place pour les industriels

Mis à jour le 6 avril 2010
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Le Centre interuniversitaire de microélectronique et nanotechnologies (CIME Nanotech) entend mettre ses  huit  plateformes technologiques au service des industriels. Rencontre avec Ahmad Bsiesy, directeur, et Laurent Fesquet, directeur adjoint du CIME Nanotech.

Qu'est ce que le CIME ? Ahmad Bsiesy : Créé en 1981, le CIME Nanotech est un centre de ressources technologiques  en microélectronique et nanotechnologies avec une triple mission, formation, recherche et valorisation. Il fait partie d'un réseau national de pôles de formation, regroupés sous la coordination d'un groupement d'intérêt public, dont il est le plus gros pôle en termes de la diversité d'offre pédagogique, de volume d'activité et de l'ampleur et de la qualité des moyens technologiques. Au départ centré sur la microélectronique, le périmètre d'action du CIME Nanotech s'est très vite élargi pour être en phase avec le mouvement de convergence ambiant vers les nanotechnologies. Une évolution logique consécutive à la réduction des dimensions des composants microélectroniques. Nous avons ainsi été amenés à intégrer de nouvelles plateformes, ayant chacune une spécificité thématique. A la faveur du déménagement du centre sur le site de Minatec en 2006, Grenoble INP et l'Université Joseph Fourier, tutelles du centre, ont doté le CIME Nanotech de moyens techniques et d'infrastructures à l'état de l'art, qui lui assure un potentiel de développement pour les  20 années à venir. Que peut apporter le CIME aux industriels ? Laurent Fesquet : Il faut savoir que les industriels de la microélectronique ont en général des activités de production et de conception nécessitant des infrastructures à la pointe de la technologie. Pour ce qui concerne la conception, le CIME Nanotech dispose d'outils qui ne peuvent être utilisés à des fins commerciales, et sont obligatoirement réservés à un usage académique. En revanche, nous mettons à disposition des industriels des moyens technologiques qu'ils peuvent louer sur la base d'un tarif horaire. Pour les PME qui n'ont pas les moyens d'acquérir des équipements coûteux, l'intérêt est évident. Pourtant, même les grandes sociétés multinationales, qui bénéficient de moyens techniques bien plus importants que ceux du CIME Nanotech, peuvent malgré tout trouver un intérêt à faire appel à notre centre. Nous pouvons par exemple leur permettre de mener leurs actions de R&D tout en souplesse, sans que cela perturbe leurs lignes de production. Nous avons déjà une collaboration de ce type avec Soitec. Allez-vous renforcer votre ouverture vers l'industrie ? Ahmad Bsiesy : Oui. Cette ouverture vers le monde industriel devrait prendre de l'ampleur prochainement. Nous avons en effet monté en partenariat avec un consortium d'industriels, un projet de plateforme technologique innovante dans le cadre du dispositif Européen FEDER, géré par le Conseil Régional  de la région Rhône-Alpes. Ce projet, unique en Europe,  a pour objectif de permettre aux industriels, et notamment aux PME ne disposant pas de salles blanches, d'avoir accès à nos infrastructures  pour valider leurs équipements et procédés innovants pour la microélectronique et les nanotechnologies et de leur permettre ainsi de gagner en compétitivité. Ce projet est piloté par Grenoble INP en partenariat avec le CEA LETI et compte parmi les partenaires  une dizaine de PME, la société ST Microelectronics et l'association SEMI Europe - Grenoble Office, une association internationale d'équipementiers et fournisseurs du marché des semi-conducteurs. L'implication de cette association dans ce projet l'inscrit d'ores et déjà dans une logique d'action à l'échelle européenne. Ce projet, dont la mise en place a un coût total de  6,5 millions d'euros, met à contribution le dispositif FEDER à hauteur de  de 3,5 millions d'euros , le reste étant à charge des partenaires industriels. Il apportera un investissement de l'ordre de 2,7 millions d'euros au CIME Nanotech en le dotant d'équipements performants adaptés à cette nouvelle mission. L'expertise du CIME Nanotech, la haute technicité de son personnel ainsi que son intégration au site Minatec permettront, à n'en pas douter, l'aboutissement de ce projet innovant.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 6 avril 2010

Contact

Quelques chiffres 1500 utilisateurs (étudiants et chercheurs) par an 20 établissements utilisateurs dans toute la France 130000 heures d'activité annuelle Les huit plateformes du CIME Une salle blanche de 750 mètres carrés (la plus importante en Europe utilisée à des fins pédagogiques) Une plateforme de caractérisation une plateforme dédiée à l'étude du nanomonde par microscopie en champ proche Une plateforme de conception et test (de circuits microélectronique) 4 nouvelles plateformes dédiées : aux objets communicants et applications embarquées ; à l'hyperfréquence et l'optique guidée ; aux biotechnologies ; aux microsystèmes et capteurs.
Université Grenoble Alpes