Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Gabriel, de la licence à la 1re année d'école d'ingénieur

Publié le 26 mai 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Après une licence en Sciences et Design à l'université, c'est un univers tout à fait différent que Gabriel découvre en intégrant Grenoble INP - Génie industriel. Si la formation de l'école lui semble dans la suite logique de sa formation universitaire, c'est l'ambiance d'une école d'ingénieur et la vie de promo qui l'on particulièrement marqué.

Gabriel, de la licence à la 1ère année de Grenoble INP - Génie industriel

Gabriel, de la licence à la 1ère année de Grenoble INP - Génie industriel

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Gabriel, j’ai 21 ans, je suis originaire de la Drôme. Je me considère moi-même comme un extraverti rationnel enthousiaste.

Quel est ton parcours avant d'intégrer l'école ?
J’ai suivi une terminale S dans un lycée agricole. Après ça je souhaitais poursuivre dans une voie scientifique, mais également inclure un aspect créatif dans mes études et pas simplement me focaliser sur un domaine. J’ai eu la chance de pouvoir intégrer une licence en Sciences et Design pour une durée de 3 ans, licence proposée par l’Université Grenoble Alpes en partenariat avec l’ENSCI, une école de design à Paris. Au sein de cette licence, j’ai suivi un parcours en physique.

Pourquoi avoir choisi Grenoble INP - Génie industriel ?
J’ai eu l’occasion dans ma licence de faire pas mal de projets de conception, mais qui étaient abordés par l’approche du design, à savoir les aspects d’usages, créatifs et sensibles. A la fin de ma licence, je souhaitais m’orienter vers un aspect plus technique, où je puisse appliquer mes acquis scientifiques. J’ai trouvé que Génie industriel m’apportait ça tout en laissant la possibilité d’accéder à des emplois variés après l’école.

Pour toi la 1ère année s'est passé comment ?
Elle s’est très bien passée. Je suis de nature assez studieuse et n’ai pas eu de soucis avec les cours. J’ai bien apprécié avoir des cours qui ne touchaient pas toujours à des sujets techniques mais aussi à des sujets importants du génie industriel comme la sociologie, l’économie ou la comptabilité. Mais j’attends avec impatience que l’on ait des projets un peu plus conséquents l’an prochain, en deuxième année.

Qu'est-ce qui t'aura le plus marqué lors de cette 1ère année (hors période confinement !) ?
Je pense que c’est l’ambiance en école d’ingénieurs : il y a beaucoup de cohésion dans la promo et avec les promos d’avant, et au sein de notre classe. Et beaucoup d’évènements sont mis en place dans les écoles de Grenoble INP. Ça change pas mal de l’université !

Et le confinement cela se passe comment pour toi ?
Ça demande un peu d’organisation pour suivre tous les cours à distance, ce n’était pas simple au début. Je parle régulièrement avec mes amis donc je ne me suis pas senti trop seul, et on a un suivi régulier de notre professeur responsable de promo. Au final en prenant l’habitude ça permet de se dégager du temps pour faire des choses que je n’avais pas le temps de faire avant.

Qu'est-ce que tu envisages pour la suite de ton parcours à l'école ?
Je souhaite aller dans la filière Ingénierie de produits en deuxième année. C’était ce que je souhaitais déjà en rentrant dans l’école venant de ma licence qui est plus orientée vers la conception. Pour la suite, je n’ai pas encore d’idée précise, mais j’aimerais faire un semestre d’échange ou un stage dans un pays hispanophone.
 
Propos recueillis par Bérénice Lépine, étudiante en 2e année

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 25 juin 2020

Université Grenoble Alpes