Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités > Coronavirus > Témoignage de confinés

Anne-Marie Sardano, gestionnaire financière : « je ne pensais jamais travailler de la maison et finalement c’est possible. »

Publié le 14 avril 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Confinés depuis le 16 mars dernier, les étudiants et personnels de Grenoble INP poursuivent leurs activités à distance. Anne-Marie Sardano, gestionnaire financière au service engagement, témoigne de son expérience du confinement et du travail à distance.

anne marie sardano

anne marie sardano

Quel est votre ressenti sur la situation ?


J’ai une situation un peu spéciale, cela fait 2 ans que j’ai perdu mon époux. Quand il est décédé, mes enfants ont pris leur envol dans leur vie à la même période. Je n’avais pas vraiment vécu la solitude jusqu’à présent grâce à mon entourage et mes proches. Cependant, depuis le début du confinement, je me sens tout le temps toute seule. J’ai même commandé un smartphone pour pouvoir faire des appels en visio avec mes enfants.

Niveau travail, même si c’est important de garder un lien social, de rencontrer des gens et d’avoir un objectif dans sa journée, je trouve finalement de l’intérêt à travailler à distance. Il y a quelques temps, je n’étais pas convaincue par le télétravail. Tout compte fait, c’est possible et apporte même une qualité de vie non négligeable. Habitant à Saint-Laurent-du-Pont, venir au travail me fait perdre beaucoup de temps dans la journée, je pense donc qu’une fois que cette période spéciale sera finie, je demanderai un jour de télétravail par semaine, si possible.
 

Comment maintenez-vous le lien avec vos collègues ?


Heureusement que je garde un contact régulier avec mes collègues et amies Eugénie, Lise et Marielle avec qui j’ai beaucoup d’affinités ; nous nous appelons quotidiennement en visio après le travail.

De même, j’apprécie énormément l’attention de notre hiérarchie qui s’inquiète sincèrement pour son personnel en prenant chaque semaine de nos nouvelles.
 

Vos petits trucs pour être mieux organisé ?


Les premiers jours, c’était un peu compliqué de se discipliner et de maintenir un rythme. Mais une fois les premiers jours passés, je me suis mise à me lever très tôt, à faire un peu de gym et à manger à heure fixe. Mon conseil serait donc de garder autant que possible le rythme du travail et de se construire une vraie petite routine.
 

Comment parvenez-vous à compartimenter vie professionnelle et vie personnelle ?


Je me sens assez oppressée avec ce confinement. C’est très difficile de compartimenter la vie professionnelle et la vie personnelle. J’essaie alors d’être au maximum disponible, quitte à ce que cela empiète parfois sur mon temps personnel.
 

Comment faites-vous pour vous détendre ? Avez-vous des hobbies ?


Le matin, entre 2 sessions de travail, je prends une pause pour faire un peu de gym et de la marche rapide. Cela m’aère l’esprit et me fait beaucoup de bien. Parallèlement, ma prof de gym que je voyais habituellement toutes les semaines nous envoie les cours par e-mail. Cela me permet de garder la forme et le lien avec les anciennes habitudes.
 

La première chose que vous ferez une fois le confinement terminé ?


Des barbecues avec les copains jusqu’au bout de la nuit !
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 13 mai 2020

Université Grenoble Alpes