Aller au menu Aller au contenu
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial

> International

Témoignage : Partir en mobilité de personnels, c'est possible !

Mis à jour le 14 octobre 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Le programme Erasmus+ permet de réaliser des mobilités internationales pour les étudiants mais aussi pour les personnels. Eirini Sarigiannidou, enseignante chercheuse à Grenoble INP - Phelma et au Laboratoire LMGP nous raconte son expérience.

Eirini

Eirini

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Eirini SARIGIANNIDOU, je suis enseignante-chercheuse à Grenoble INP - Phelma et au Laboratoire des Matériaux et du Génie Physique (LMGP). J’ai obtenu une Licence en Physique et un Master en Material Science à Aristote University of Thessaloniki (AUTH) en Grèce, j’ai fait ma these au Commissariat d’Energie Atomique (CEA) de Grenoble, je suis devenue Attaché Temporaire d’Enseignement de Recherche (ATER) à l’Université Grenoble Alpes (ex-Université Joseph Fourier) puis Post-Doc au CEA de Grenoble pour enfin devenir Maître de conferences à Grenoble INP - Phelma en 2006.

Pourquoi avez-vous décidé de réaliser une mobilité internationale ? 

Pour moi, c’était une evidence car je travaille dans un environnement très “international” en tant que coordinatrice de deux Masters internationaux (FAME+ et AMIS). Nous avons en moyenne 14 nationalités différentes et quand tu échanges avec les étudiants, tu réalises que derrière les mots “Etudes supérieures”, se cachent de nombreuses manières, approches et pedagogies différentes.

Dans quel pays êtes-vous partie et pourquoi ce choix ?

Je suis retournée dans l’Université de laquelle je suis sortie diplômée. Je voulais partager ma propre experience en tant qu’alumni de cette institution aux étudiants. Je ne voulais pas seulement leur dispenser des cours, j’avais également en tête de les conseiller de faire une mobilité à l’étranger afin qu’ils puissent faire preuve d’ouverture d’esprit.

Comment s’est déroulée votre mobilité ? Avez-vous été vite intégré(e) ?

C’était une excellente experience! L’accueil a été excellent, les étudiants motivés et ouverts au dialogue. La première fois, j’étais émue car j’avais quitté l’AUTH en 2001 en tant que étudiante et je suis revenue en tant que collègue et collaboratrice. Je me suis effectivement sentie très entourée, à la fois par le personnel de l’université et les étudiants.

Que retenez-vous de cette expérience ? Que vous a-t-elle apportée ? Avez-vous un souvenir particulier que vous souhaiteriez partager ?

Des étudiants d’AUTH sont venus dans le cadre du programme Erasmus à Grenoble INP - Phelma. J’ai également établi une forte collaboration avec l’AUTH dans mes activités de recherche ce qui a abouti à l’écriture et la publication d’articles scientifiques en commun. Le seul petit bémol dans cette experience, c’est que j’ai réalisé que je n’étais plus au fait des termes scientifiques en grec. Mes conferences sont donc dispensées en anglais et les conversations qui s’ensuivent sont en grec.  

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à ceux qui envisage une mobilité européenne ?

Ce n’est pas une decision risquée. Cela ne peut-être qu’une experience positive au cours de laquelle vous pouvez apprendre, partager des experiences et de bonnes pratiques et découvrir une nouvelle culture, le seul moyen de réduire vos à priori!

Merci Eirini pour ce témoignage !


 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 14 octobre 2020

Université Grenoble Alpes