Aller au menu Aller au contenu
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial
Cap sur l'avenir au sein d'un réseau mondial

> International

De nouveaux projets en Afrique

Publié le 15 décembre 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Grenoble INP – UGA est engagé dans de nouveaux projets en Afrique qui portent notamment sur la mobilité intra-africaine et le développement d’une école d’ingénieurs au Burkina-Faso.

afrique

afrique

Projet européen de mobilité intra-africaine


Après les actions avec le Nigéria en 2019, Grenoble INP – UGA est impliqué dans un projet de mobilité intra-africaine de la Communauté européenne, lauréat en 2020, et vient d’être présélectionné dans le cadre d’un appel à projet financé par l’Agence Française de Développement (AFD) pour 2021.

Ce projet, financé à hauteur de 1,3 M€ pour 5 ans (2021 à 2025) a pour objectif de « contribuer à l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur à travers la promotion de l’internationalisation et l’harmonisation des programmes et des cursus au sein des établissements participants » en soutenant des actions de mobilité pour les étudiants et les personnels. Grenoble INP - UGA est l’expert européen du projet.

Le projet construit et basé sur les partenaires africains du Réseau d’Excellence des Sciences de l’Ingénieur de la Francophonie (RESCIF) réunit 5 écoles d’ingénieurs africaines :
  • Le porteur : l’Institut National Polytechnique Felix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire)
  • L’Ecole supérieure polytechnique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
  • 2IE, Institut International d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement (Burkina Faso)
  • L’Ecole Mohammadia d'Ingénieurs, Université Mohammed V de Rabat (Maroc)
  • L'École Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé, Université de Yaoundé I (Cameroun)

Ce projet va permettre de financer 52 mobilités étudiantes ainsi que 10 mobilités pour les personnels entre les partenaires africains pendant les 5 années du projet, selon un modèle de mobilité proche des modèles Erasmus+ pratiqués en Europe. Au-delà de ces mobilités et avec le soutien de Grenoble INP, ce projet a pour objectif de partager les bonnes pratiques et de contribuer à l’internationalisation de ces établissements. Un accent important est mis sur l’équilibre de genres parmi les boursiers et la participation des femmes pour chaque type de mobilité.
 

Projet GO-STI : Grenoble Ouagadougou - Sciences et Technologies pour l'Industrie


L’appel à projets « Partenariats avec l'Enseignement Supérieur Africain (PEA) » de l’ANR (Agence National de Recherche) a pour ambition de contribuer au développement et à l’amélioration des formations en Afrique. Les 2 axes principaux sont :
  • « Offrir aux étudiants du continent africain la possibilité de trouver dans leur pays ou leur région des formations de qualité, dès la licence, et répondant aux besoins du monde socioéconomique »
  • « Accompagner les acteurs de l’enseignement supérieur français dans le développement de partenariats, en particulier dans des secteurs stratégiques pour les économies des pays concernés, en lien le cas échéant avec les entreprises françaises présentes sur place »

L’Université Grenoble Alpes (UGA) a présenté pour la phase de pré-sélection, deux projets qui ont tous deux été retenus. L’un de ces projets concerne l’Université Abdou Moumouni (UAM) à Niamey (Niger) et porte sur le montage d’une filière "Eau, Climat et Environnement". Le second projet est dédié au développement d’une école d’ingénieur au Burkina Faso et est piloté par Grenoble INP - UGA. Les projets lauréats, qui seront seulement 6 à 7 pour la sélection finale en juin 2021, seront soutenus pendant 4 ans, pour un montant compris entre 1,5 et 3,5 M€.

GO-STI, le projet piloté par Grenoble INP - UGA, a pour objectif d’accompagner la mise en place des cursus de l’Ecole Polytechnique de Ouagadougou (EPO), au Burkina Faso. Le projet est mené conjointement avec l’école Universitaire de Technologie et le Collège des études doctorales de l’UGA.

Pour assurer au Burkina Faso des formations en sciences et technologies, niveaux techniciens, ingénieurs et docteurs, le gouvernement burkinabé a créé en 2017 l’EPO, qui a démarré par l’ouverture de classes préparatoires. L’EPO a pour missions d’offrir des formations professionnalisantes répondant aux besoins socio-économiques locaux, et aussi de développer la recherche pour soutenir l’innovation et l’introduction des nouvelles technologies au Burkina Faso.

Si le projet est sélectionné en 2021, l’objectif sera de renforcer les capacités de l’EPO en termes de ressources humaines, matérielles et techniques pour assurer durablement une formation de qualité conforme aux standards internationaux, et ainsi ancrer la visibilité et l’attractivité des établissements de l’UGA en Afrique.

Grenoble INP s’est engagé il y a 10 ans dans le RESCIF pour développer de nouvelles formes de collaborations formation et recherche. Au Vietnam, cela a conduit à la création du Centre Asiatique de Recherche sur l’Eau.

En Afrique, Grenoble INP confirme sa visibilité et son rayonnement à travers ces projets mais aussi via la classe préparatoire d’Abidjan ou le développement des actions avec les écoles d‘ingénieurs de Rabat avec le Groupe INP.

La coordination de ces projets est faite par Jeanne Duvallet, chargée de missions Afrique, avec le Service des Relations Internationales de l’institut.

 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 16 décembre 2020

Grenoble INP