Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche et valorisation > Du côté des labos

L’IMEP-LAHC signe un premier laboratoire commun avec l’industriel LYNRED

Publié le 5 octobre 2021
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

La création d’un laboratoire commun entre le spécialiste français des détecteurs infrarouges LYNRED et l’IMEP-LAHC*, vient d’être signée pour une durée de cinq ans.

IMEP LaHC et Lynred

IMEP LaHC et Lynred

Pour mieux comprendre la physique des composants des capteurs infrarouges refroidis, LYNRED, acteur français de rang mondial dans ce domaine, s’est rapproché du laboratoire IMEP-LaHC*. Le rapprochement s’est concrétisé après deux ans de discussions par la création toute récente d’un laboratoire commun entre les deux partenaires pour une durée de 5 ans. « C’est le premier laboratoire commun que nous signons avec un industriel au laboratoire, se félicite Quentin Rafhay, maître de conférences à Grenoble INP – Phelma et chercheur à l’IMEP-LaHC, qui a pris la direction de la nouvelle entité. Par ailleurs, nous sommes le premier partenaire académique avec lequel LYNRED signe un contrat de ce type. Nous les connaissions pour avoir déjà mené deux thèses en collaboration avec eux. »

Concrètement, le laboratoire va mettre à profit son expérience en caractérisation électrique des composants pour mieux comprendre ce qu’il s’y passe au niveau physique. Pour cela, les scientifiques s’appuieront sur des méthodes de caractérisation avancée (DLTS**, bruit basse fréquence…), sur le développement de nouvelles méthodes de caractérisation et sur de la modélisation. « La caractérisation électrique des composants, tels que les photodiodes, va permettre de poser un diagnostic précis sur leur fonctionnement et d’agir en connaissance pour améliorer leurs performances. »

Les principaux marchés des détecteurs infrarouges développés par LYNRED sont l’aérospatial, la défense, l’industriel ainsi que le grand public. Actuellement, les capteurs infrarouges refroidis doivent être abaissés en température par un cryostat également intégré pour être opérationnels. « Si l’on parvenait à mieux comprendre les mécanismes en jeux dans ces composants et donc à augmenter leur température de fonctionnement, on pourrait diminuer la taille, le poids et la consommation du système entier, » nous confie Laurent Rubaldo, Expert senior et responsable du laboratoire commun côté LYNRED.

En attendant d’atteindre le Graal de l’industrie de l’infrarouge refroidi, ce laboratoire commun est une belle reconnaissance des compétences de l’IMEP-LaHC, et une nouvelle façon de collaborer avec l’industrie pour ce dernier.

*CNRS, UGA, Grenoble INP – UGA, Université Savoie Mont-Blanc
**Spectroscopie des niveaux profonds (Deep-level transient spectroscopy)

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 14 octobre 2021

Contact

Université Grenoble Alpes