Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités > Nos élèves ont du talent

Déchets d’Œuvre : valoriser les déchets comme matière première

Publié le 13 février 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Pauline et Théo sont respectivement en Master de Management de l’Innovation à Grenoble IAE, et en cursus d’ingénieur à Grenoble INP – Ense³. En couple dans la vie, ils partagent les mêmes valeurs et le même constat sur la problématique omniprésente des déchets dans la société actuelle.

déchets d'oeuvre - Pauline et Théo

déchets d'oeuvre - Pauline et Théo

Ils ont monté ensemble le projet associatif « Déchets d’Œuvre » afin de donner de la visibilité aux initiatives de valorisation des déchets comme matière première. L’association a été reconnue d’intérêt général et aujourd’hui, ils sont en campagne de collecte de fonds pour financer un tour d’Europe de ces différentes initiatives.

A la genèse du projet, un constat, un questionnement : aujourd’hui en France un habitant produit 4,6 tonnes de déchets par an et c’est beaucoup ! Si des solutions existent, elles manquent de visibilité. En effet, même si des efforts ont été réalisés pour le recyclage, celui-ci est énergivore, ce qui pose un autre problème.

déchets oeuvre logo Le projet « Déchets d’Œuvre » a donc pour ambition d’aller à la rencontre des Européens et Européennes pour identifier les enjeux du terrain, comprendre leurs comportements face aux déchets et mettre en lumière les initiatives d’acteurs qui travaillent avec les déchets. Pour cela, les 2 étudiants vont produire une exposition photo et un documentaire. Un autre grand objectif de ce projet est de créer des synergies au sein d’un réseau rassemblant tous ces acteurs. Ils pourront à la fois s’échanger de bonnes pratiques, des astuces, développer leur activité et inspirer de nouveaux entrepreneurs.

Pour mener à bien leurs actions, ils bénéficient d’une année de césure. Le départ pour ce tour de l’Europe en Stop est prévu en mars 2020.

Déjà membre de l’équipe Enactus Ense³ en 2017 – 2019, Théo avait participé au projet Ec’Audit. A ce titre, il travaillait sur l’empreinte écologique des PME-PMI et des administrations avec notamment des analyses de Bilan Carbone. « C’est une expérience entrepreneuriale que je pourrais mettre à profit sur notre projet. Certains de nos partenaires pensent également que la posture d’ingénieur peut être bénéfique aux petites initiatives, cependant je ne suis pas dans l’idée de m’imposer mais plutôt de découvrir et diffuser ces initiatives. »

Pauline Pauline quant à elle, a à cœur de s’engager pour de nombreuses causes. Elle a notamment fait partie de l’association ACTE (Agir Collectivement pour la Transition Écologique) à Grenoble IAE, qui a joué fortement en faveur de son implication en écologie. Aussi « ses compétences en management de l’innovation sont un point fort pour notre projet » confie Théo.

Créée en 2019 l’association est reconnue d’intérêt général. Aujourd’hui Pauline et Théo sont à la recherche de contacts : « Un exemple d’initiatives qui utilisent les déchets comme matière première est une entreprise qui fabrique du mobilier urbain à partir de mégots de cigarettes. L’idée est de montrer, grâce à un documentaire, que nous pouvons changer de regard sur nos déchets : ils ne sont pas complétement dénués de valeurs. Un autre exemple est une start-up française qui crée des briques de constructions à partir de vieux vêtements. Si vous connaissez certaines initiatives similaires en Europe, n’hésitez pas à nous les signaler !! »

Pour les soutenir : http://dechets-doeuvre.com/
 

Découvrir le projet en vidéo :


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 14 février 2020

Université Grenoble Alpes