Aller au menu Aller au contenu
L'esprit d'innovation partagé
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
L'esprit d'innovation partagé
L'esprit d'innovation partagé

> Entreprises

Julie et Clément, deux ingénieurs embauchés dans le cadre du plan de relance

Publié le 16 juin 2022
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Julie et Clément sont deux jeunes ingénieurs recrutés au LGP2* dans le cadre du plan France Relance. Lancé par le Gouvernement, ce dernier vise à redresser l’économie française et à créer de nouveaux emplois.

plan de relance lgp2

plan de relance lgp2

Le plan France Relance s’articule autour de 3 priorités : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Sur un total de 100 milliards d’euros, 30 milliards sont destinés au financement de la transition écologique. Et c’est là qu’interviennent Julie Przewozniak et Clément Rozes, qui travaillent au LGP2 (Laboratoire Génie des Procédés Papetiers) depuis 6 mois pour proposer des solutions alternatives aux plastiques dans les emballages.

Tous deux diplômés de Grenoble INP – Pagora, UGA, en 2021, les deux jeunes ingénieurs ont chacun été embauchés par Grenoble INP en partenariat avec un industriel dans le cadre du volet R&D du plan de relance piloté par l’ANR et coordonné localement par la vice-présidence valorisation et entreprises de Grenoble INP. L’Etat finance une partie de leurs salaires, et ils partagent leur temps entre le laboratoire où ils effectuent leurs recherches, et l’industriel chez qui ils iront transférer les résultats de leurs travaux dans un second temps.
 

Dans quelles entreprises travaillez-vous ?


Clément : « J’ai été embauché en CDD pour deux ans par Grenoble INP en partenariat avec DS Smith suite à une annonce publiée sur LinkedIn. J’occupe un poste d’ingénieur de recherche à la fois au LGP2 et dans ce grand groupe international qui est l’un des principaux fournisseurs de solutions d’emballages durables, de papiers, de cartons ondulés et de services de recyclage. Je fais mes six premiers mois au labo, puis j’enchaine sur un an en alternance entre l’entreprise et le labo, et enfin j’effectuerai les six derniers mois uniquement en entreprise pour implanter les solutions mises en place. »
Julie : « Quant à moi, j’ai obtenu un CDD de 18 mois en tant qu’ingénieur de recherche au LGP2 en collaboration avec Lactips, start-up française créée en 2014 et qui fabrique l'unique polymère sans plastique, 100% bio-sourcé et biodégradable, constituant une véritable alternative aux emballages actuels. C’est Julien Bras, enseignant à Grenoble INP – Pagora et chercheur au LGP2, qui m’a transmis cette offre. Comme Clément, je fais les six premiers mois intégralement au laboratoire, puis six mois en hybride, et enfin, je ferai les six derniers mois chez l’industriel. »
 

Quel est l’objet de votre projet ?


Clément : « L’objectif de ce projet est de contribuer à remplacer les plastiques à usage unique dans le secteur de l’emballage (alimentaire, cosmétique, industriel…). Le but est de concevoir un packaging qui soit à la fois barrière et recyclable, si possible biosourcé et biodégradable. L’objectif final pourrait être par exemple de remplacer les barquettes de plats traiteurs qui sont aujourd’hui majoritairement en plastique. »
Julie : « De mon côté c’est un peu la même chose. Les formulations de matières proposées par Lactips sont naturelles et complétement biosourcées. Cette matière est utilisée pour faire des films qui sont ensuite transformés en emballage de dosettes de lave-vaisselle par exemple. Le but de mon projet est d’optimiser l’utilisation de ce produit en enduction sur le papier afin d’ obtenir un matériau ayant des propriétés barrières et scellable. L’objectif final est de pouvoir proposer par exemple un emballage de beurre, de fromage, sans plastique. »

Pour cela, les deux jeunes ingénieurs ont bénéficié pendant six mois à temps plein des équipements du laboratoire pour le couchage et la caractérisation du papier notamment, ainsi que l’expertise de l’équipe encadrante dans l’emballage. Pour les entreprises, cette collaboration est une vraie opportunité. Durant les prochains mois, les deux jeunes ingénieurs partageront leur temps entre le labo et leur entreprise, dans laquelle ils plancheront sur le passage à l’échelle industrielle des avancées établies, avant de les y implanter plus en détail les 6 derniers mois de collaboration.

*CNRS, Grenoble INP – UGA, Agefpi

france relance

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 27 septembre 2022

Université Grenoble Alpes