Aller au menu Aller au contenu
L'esprit d'innovation partagé
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
L'esprit d'innovation partagé
L'esprit d'innovation partagé

> Entreprises

La Chaire MANSAT se penche sur les conséquences du télétravail

Publié le 10 octobre 2022
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Créée en 2013, la chaire MANagement et Santé Au Travail (MANSAT) de Grenoble IAE – INP, UGA, met en relation une vingtaine de chercheurs et d'enseignants avec des organisations pour contribuer à améliorer leur fonctionnement et les conditions de travail et de santé de leurs acteurs. Depuis 2020, elle se penche tout particulièrement sur les conséquences du télétravail sur la santé des travailleurs.

chaire

chaire

En 2020, face aux bouleversements provoqués par la crise sanitaire, la Chaire Management et Santé au Travail (MANSAT) a développé un Observatoire Universitaire du Télétravail pour travailler plus spécifiquement sur les questions liées au travail à distance et au management hybride. « Une étude initiatrice menée par la Région Ile-de-France avait révélé que le taux de satisfaction de l’encadrement concernant le télétravail était de 95%, et autant du côté des salariés, se souvient Emmanuel Abord de Chatillon, enseignant-chercheur à Grenoble IAE – INP, UGA. Cela m’avait interpelé, car ces chiffres soulèvent de nombreuses questions : pourquoi les gens sont-ils aussi bien chez eux, et surtout, qu’est-ce que cela révèle sur ce qui se passe sur leur lieu de travail ? »

Depuis cet étonnant constat, la Chaire MANSAT a mené plusieurs études sur la base d’enquêtes, qui ont permis de récolter de grandes quantités de données et donné lieu à de nombreuses publications sur le sujet. Les réflexions concernent essentiellement les conditions de télétravail bien sûr, mais aussi les conséquences que cette nouvelle organisation entraîne sur le management : quels outils faut-il mettre en place pour assurer le maintien et la surveillance de la santé des collaborateurs en télétravail ? Quelles actions engager pour maintenir une vie collective ? Comment animer des équipes à distance ? Comment gérer le fonctionnement d’organisations hybrides et gérer la mixité (télétravail et présentiel) ? etc.
Les études montrent par ailleurs que les différents indicateurs de travail collectif dans les organisations ne sont pas nécessairement dégradés en télétravail, que ce soit pour l’efficacité de la collaboration, de la coopération, du soutien social ou encore du fonctionnement des espaces de discussion en télétravail. « Plus surprenant encore, la performance globale n’est pas impactée non plus, au contraire, elle est globalement supérieure à celle obtenue dans les murs. » C’est l’ensemble de ces résultats qui sera présenté lors de deux demies-journées qui se dérouleront à Grenoble les 13 octobre et 15 décembre 2022, et à Genève les 10 novembre et 1er décembre 2022. =>Cliquez ici pour vous inscrire à Grenoble

Parallèlement à la question du télétravail, la Chaire MANSAT poursuit ses réflexions sur d’autres thématiques, notamment la prévention de la santé et de la sécurité dans les organisations, ainsi que l’épuisement professionnel.


L’Alliance Campus Rhodanien, actrice de la recherche sur le télétravail


Afin de valoriser le travail réalisé par l’Observatoire et fédérer les chercheurs des différentes universités intéressés par les questions relatives au télétravail au-delà des contraintes disciplinaires, l’Alliance Campus Rhodanien (ACR) a été créée en 2017. Elle regroupe l’Université de Genève, l’Université Grenoble Alpes, la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, l’Université de Lausanne, l’Université de Lyon et l’Université Savoie Mont Blanc.
 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 10 octobre 2022

Université Grenoble Alpes