Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable
Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management

Grenoble Institute of Engineering and Management
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités > Nos élèves ont du talent

Pablo, l’entrepreneuriat comme ADN

Publié le 25 février 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Après son M1 à Grenoble IAE, Pablo Maniglier a intégré, en 2019-2020, Grenoble INP - Génie industriel en filière Ingénierie de la Chaine Logistique, dans le cadre d’un double diplôme entre ces 2 écoles.

Pablo Maniglier

Pablo Maniglier

Pablo se frotte également à l’expérience entrepreneuriale. Etudiant entrepreneur accompagné par Pepite oZer, il est déjà investi dans une entreprise familiale de gastronomie. Rencontre avec ce jeune homme au parcours atypique qui voudrait faire carrière dans l’aéronautique.
 

L’ingénierie comme une opportunité


Pablo voit son intégration à Grenoble INP - Génie industriel comme « une belle opportunité ». Son ambition de faire une double carrière d’ingénieur manager est née lors de son stage chez Airbus Defence ans Space en Allemagne, au département du développement des achats. « Je me rendais compte qu’avec les ingénieurs, nous n’avions pas exactement la même temporalité. Les implémentations techniques des ingénieurs défense étaient pensées sur le très long terme, nous attendions des résultats plus immédiats. Au début, on ne se comprenait pas vraiment avec mes collègues, même si nos domaines sont quand même très proches. »

Maintenant qu’il suit les cours à Grenoble INP – Génie industriel, les « similitudes » lui apparaissent mieux et « pour quelqu’un qui vient du business, il est très agréable de pousser un peu la technique, d’aller au fond des choses ». Pablo semble très bien s’adapter à ces nouvelles études, même s’il avoue avoir un peu de difficulté en informatique, particulièrement en programmation. « Nous travaillons beaucoup en groupe, je m’appuie sur mes camarades. Je suis plutôt à l’aise pour communiquer et travailler en groupe. J’aime beaucoup la partie industrielle avec la problématique de la digitalisation. »


« Je m’éclate bien en aéronautique, que ce soit en grand groupe ou en start-up ! »


Ce passionné d’aéronautique avait déjà effectué, en L3 à IAE Montpellier, un stage de 7 mois dans une start-up en charge du démantèlement des avions : « 2 mois comme commercial et 5 mois au département RH. » Ces expériences lui ont permis d’appréhender l’aéronautique à la fois sous le prisme d’un grand groupe et d’une petite structure. Il a également fait un stage dans un cabinet de conseil sur les enjeux business de la RGPD* et son expertise préalable pour les entreprises en 2017 « Il s’agissait pour elles d’assurer leurs datas ».

Durant ce parcours riche et atypique jalonné de « beaucoup de possibilités de tous les côtés », il a également eu l’opportunité d’étudier 2 mois à Séoul lors d’une Summer School proposée par l’UGA. Une opportunité forte car « nous étions 3 Français au milieu de 120 étudiants internationaux de 40 pays différents. J’aimerais beaucoup repartir en Asie. »


L’entreprenariat comme ADN


Cette année, en plus de son cursus à Grenoble INP – Génie industriel, Pablo bénéficie du statut d’étudiant entrepreneur. Son projet, intitulé TTK, consiste à valoriser le travail fourni par les cabinets de recrutement. « Souvent 2 des 3 profils sélectionnés passent à la trappe. Mon ambition est de mieux mettre en avant ces profils qualifiés afin de valoriser le travail effectué par les cabinets en amont. »

Ce projet n’est pas son premier banc d’essai ! Pablo a, depuis deux ans, une petite entreprise « familiale » de production d’ail noir, un condiment gastronomique venu du Japon, produit grâce à une cuisson lente (4 à 6 semaines) des gousses d’ail. « Ce projet est né lors de la découverte de saveurs inconnues en Asie. L’idée était de ramener les méthodes de production ici. Actuellement nous avons quelques difficultés avec des fournisseurs asiatiques, nous sommes un peu bloqués, mais c’est le métier qui rentre avec ses aléas !»

* Le règlement général sur la protection des données (RGPD) responsabilise les organismes publics et privés qui traitent leurs données.

@ consulter :
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 9 mars 2020

Université Grenoble Alpes