Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Technology
Innover pour un avenir durable

Classement Usine Nouvelle : Grenoble INP toujours dans le peloton de tête

Mis à jour le 26 février 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Le classement des « 100 meilleures écoles d’ingénieurs françaises » de l’Usine Nouvelle (qui porte sur les chiffres 2011) est paru le 1er mars. Grenoble INP se positionne en 7ème place au classement général, derrière Polytechnique, les Mines ParisTech, l’INSA de Lyon, l’ISAE (Toulouse), l’INP Toulouse et l’UTC. Pour mémoire, l’établissement était 20ème en 2010 et 2ème en 2011.

Sur les différents grands points évalués, Grenoble INP est respectivement 7ème pour la recherche, 10ème pour l'international, 12ème pour l'insertion et 35ème pour les moyens par élève.

Globalement, l'Usine Nouvelle relève quelque grandes tendances : « Pour rester au plus près des attentes des entreprises et des étudiants, elles renforcent leurs réseaux, signent des partenariats au Mexique et en Inde, s'ouvrent à l'architecture ou à la médecine... Une actualité difficile à suivre ! ».
  • « Les partenariats avec des établissements étrangers explosent (200 à l'INSA Lyon) et plusieurs réseaux ont investi la Chine : les Universités de Technologie, les écoles Centrales, celles de ParisTech, Grenoble INP ».
  • seulement 47 % d'élèves sortaient d'une classe prépa à la rentrée 2010 : « ...succès croissant des écoles post-bac, mais aussi volonté des écoles à bac + 2 de recruter ailleurs. » Le magazine indique qu'à Polytechnique, le recrutement sur licence ou Master 1 est ainsi passé de 10 à 17 places ;
  • les approches pluridisciplinaires se multiplient : architecture, écoles d'art, médecine...

En 2012, le magazine retient les mêmes critères et coefficients qu'en 2011*. Seule différence : pour l'international, le taux d'élèves partis à l'étranger inclut cette fois les stages en entreprise de plus de 3 mois. Autre nouveauté qui a influé sur  le classement : les INP de Toulouse et Bordeaux ont suivi l'exemple de Grenoble INP et répondu d'une seule voix plutôt que par école.

Cette année encore, Grenoble INP reste donc en très bonne position, toujours devant certaines « grandes » écoles : Centrale Paris, Télécom ParisTech, les Mines de Nancy, Arts et Métiers ParisTech...


* Méthode et critères de classement :
4 grands points notés, identiques à 2011, mêmes coefficients :
  • insertion des diplômés : 30 points / 100
    • Salaire de sortie (15 points)
    • Nombre de mois d'attente avant le 1er emploi (10 points)
    • Nombre d'anciens élèves en activité (5 points)
  • Moyens : 20 points / 100 : budget de l'école par élève
  • International : 25 points / 100
    • Nombre de partenariats avec une école ou université étrangères (10 points)
    • Pourcentage d'étudiants ingénieurs partis à l'étranger en séjour académique ou en entreprise pour au moins 3 mois l'an dernier (10 points)
    • Pourcentage d'étudiants étrangers dans le cycle ingénieur (5 points)
  • Recherche : 25 points
    • CA généré par les contrats de recherche (10 points)
    • Nombre de doctorants et de post-doctorants (10 points)
    • Pourcentage d'enseignants chercheurs parmi les enseignants (5 points)

Accéder au classement sur le site de l'Usine Nouvelle

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Christopher Schmitt

mise à jour le 26 février 2014

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus