Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche > Stratégie

Un nouveau microscope électronique à balayage environnemental sur la plate-forme CMTC Minatec

Mis à jour le 22 mars 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

En mai 2010, la plate-forme de caractérisation CMTC s’est enrichie d’un nouvel équipement puissant : un microscope électronique à balayage dit « environnemental », qui ouvre à la communauté scientifique locale de nouvelles possibilités d’observation.

Créé en 1977 au sein de Grenoble INP, le Consortium des Moyens Techniques Communs (CMTC) met à la disposition des chercheurs et des écoles une plateforme d'instruments scientifiques de caractérisation entre les mains d'une équipe de spécialistes. En 2003, le CMTC a rejoint l'Institut Science et Technologie des Matériaux (ISTM) pour devenir une plateforme technologique, avec pour objectifs d'apporter à la recherche des moyens et des compétences en caractérisation des matériaux toujours plus performants.
Protrusions entre cellules musculaires - MEB en champ environnemental
Implanté sur Minatec au laboratoire LMGP, le nouvel équipement a obtenu le soutien financier de la Fédération Micro et Nano Technologies (FMNT) et de la région Rhône-Alpes (Cluster régional MACODEV). Ce microscope offre de nouvelles possibilités d'imagerie et d'analyse. Il est équipé d'un canon à effet de champ avec une résolution intrinsèque nanométrique et permet de travailler en mode haut vide ou en mode pression contrôlée jusqu'à 4000 Pa. Cette dernière caractéristique élargit considérablement les possibilités d'imagerie et d'analyse : étude de matériaux non conducteurs tels que polymères, papiers, tissus ou céramiques sans dépôt d'un conducteur en surface, donc sans masquage de nano-objets ; observation d'échantillons hydratés dans leur état naturel, par exemple organismes vivants, films biologiques, huiles, émulsions, échantillons microfluidiques, sans déshydratation ni cryogénie ; essais in situ en dynamique avec changements de pression et de température. Aucun équipement grenoblois ne permettait jusqu'ici de telles expériences avec cette résolution ; et le plus proche, situé à Lyon, était déjà saturé. Cet appareil polyvalent couvre de très larges domaines de recherche, le rendant particulièrement attractif et interdisciplinaire. Le microscope électronique à balayage (MEB) à champ environnemental Un acarien pris sur une croute de tom de savoie avec le MEB environnemental

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 22 mars 2013

Univ. Grenoble Alpes