Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Salvador Mir prend les rênes du Laboratoire TIMA

Publié le 10 mars 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In
Élections - nominations

Salvador Mir a pris, le 2 janvier 2015, la tête du Laboratoire TIMA (Techniques de l’Informatique et de la Microélectronique pour l’Architecture des systèmes intégrés, CNRS-UJF-Grenoble INP), il succède ainsi à Dominique Borrione.

Un parcours européen

Diplômé en génie industriel de l’Universitat Politècnica de Catalunya, Barcelone, en 1987, Salvador Mir poursuit son Master et sa thèse dans le domaine de l’Intelligence Artificielle appliquée à la CAO microélectronique au Computer Science Department, University of Manchester, thèse qu’il a soutenue en 1993. Il rejoint ensuite Grenoble pour un post-doc entre 1993 et 1995 au laboratoire TIMA, avec un contrat financé par une bourse ministérielle espagnole les deux premières années et, la troisième année, par un contrat de recherche de Grenoble INP.

En 1996, il rejoint l’Instituto de Microelectrónica de Sevilla, un centre de recherche du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC). Il retourne au laboratoire TIMA fin 1997, tout d’abord en tant que collaborateur de recherche à Grenoble INP et, ensuite, en tant que chargé de recherche CNRS 1ère classe.

Le Laboratoire TIMA, situé sur le site Viallet, est composé d’une centaine de personnes de plus de 20 nationalités différentes. En 2002, Salvador Mir met en place l’équipe RMS (Reliable Mixed-signal Systems) dont il prend la direction. L’équipe est composée aujourd’hui de 4 permanents, 8 doctorants et 2 post doctorants. Ses domaines de recherche incluent les techniques de test et contrôle de dispositifs intégrés mixtes, RF et microsystèmes, en particulier, la conception en vue du test.

En 2005, il passe son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) et devient directeur adjoint du laboratoire, fonction qu’il occupait toujours avant de devenir directeur.

EnLigne a rencontré Salvador Mir :

Quels sont vos projets pour ce mandat ?

Pour ce nouveau quinquennat, nous allons tout d’abord restructurer les équipes afin de faciliter l’intégration et la collaboration entre les chercheurs. Je dois également passer la main à Emmanuel Simeu (UJF) qui va reprendre la direction de l’équipe RMS.

Je suis entouré de deux adjoints, Skandar Basrour (UJF) et Frédéric Pétrot (Grenoble INP). Notre équipe devra relever le défi important qui se joue avec la mise en place des pôles de recherche au sein de l’UGA et les besoins de mutualisation associés. Ceci nécessite un gros travail préparatoire et une forte coordination. Les laboratoires doivent se positionner sur ces 6 pôles de recherche (http://www.univ-grenoble-alpes.fr/fr/recherche/les-6-poles-de-recherche/), et l’intégration dans ces pôles est un enjeu majeur de ce mandat. Nous avons besoin d’une université avec une forte visibilité pour attirer des étudiants du monde entier. TIMA est déjà un laboratoire très international, et le rayonnement de l’UGA est encore une opportunité d’accroître notre visibilité.

Nous avons de nombreux projets au niveau national et européen, avec un nombre important de doctorants. Nous continuerons à encourager la dissémination de nos travaux dans les meilleurs journaux et conférences internationales. Les chercheurs du laboratoire sont en général très fortement impliqués dans ce « circuit » de conférences internationales nécessaires pour fournir les connaissances et la motivation essentielles à la vie scientifique. Sur Grenoble, nous sommes également impliqués dans des projets avec le pôle de compétitivité  Minalogic, l’Institut Carnot LSI et le Labex PERSYVAL.

Nous allons également poursuivre des activités de valorisation, déjà importantes dans le laboratoire, menées avec l’appui des services de valorisation de nos tutelles. En particulier le Guichet Unique de Valorisation de Grenoble INP avec qui j’ai déjà collaboré par le passé pour l’exploitation de brevets et dont j’ai pu apprécier l’efficacité. D’autres enjeux importants du mandat incluent la mise en place de laboratoires de recherche associés avec les industriels en France et avec autres institutions académiques à l’étranger.


Quel est votre ressenti sur cette toute nouvelle prise de fonction ?


Je me sens très fortement épaulé par les deux directeurs adjoints et les responsables d’équipes, avec des services administratifs et techniques de support à la recherche qui sont très efficaces. J’ai aussi toute l’aide indispensable de l’ancienne directrice, Dominique Borrione, que je remercie très sincèrement.


Merci à Salvador Mir pour son engagement au service du laboratoire TIMA et de l’Université Grenoble Alpes !

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 10 mars 2015

Univ. Grenoble Alpes