Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Romain Parize, doctorant au LMGP remporte le 2ème prix du concours NanoArt

Publié le 27 janvier 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Distinction / prix

Romain PARIZE, un doctorant qui réalise ses expériences au LMGP (Laboratoire des Matériaux et du Génie Physique), lauréat de juin 2014 du prix NanoART organisé par la Fondation Nanosciences avec le soutien de Nanotox®, vient de remporter le 2ème prix de la finale annuelle. Ses travaux sont réalisés dans l'équipe "Films minces, nanomatériaux et nanostructures" (FM2N) sous la direction de Estelle Appert et Vincent Consonni.

Romain_PARIZE.jpg

Romain_PARIZE.jpg

Ce concours vise à mettre en avant les travaux de jeunes chercheurs à l'échelle Nano tout en interpellant un public plus large avec des photos étonnantes que nous n'avons pas l'habitude de voir. Chaque mois un lauréat est sélectionné. La photo du mois est mise en ligne avec une présentation du jeune chercheur.


Romain Parize a été lauréat en juin 2014. Sa photo, rappelant une rose, est arrivée en 2ème position du classement général du vote des internautes. Il remporte ainsi un prix de 3 000$.

Félicitations !
 

"C’est au cours de sa thèse, financée par le labex CEMAM, que cette image a été prise alors qu’il réalisait une croissance de nanoparticules de ZnO sur un substrat de nanofils du même matériau. La croissance est réalisée dans une solution de méthanol et d’acétate de zinc dont il faut gérer plusieurs paramètres - tels que la concentration et la température ainsi que le temps de croissance - afin d’obtenir le résultat souhaité. Romain a ici obtenu des nanostructures complexes de ZnO en forme de pétales de rose.

Cette image ne représente qu’une étape du projet de Romain : augmenter la surface des nanofils en leur « collant » des nanoparticules de ZnO, avant d’y déposer un absorbeur (de photons). La finalité de sa thèse est d’obtenir des modèles d’hétérostructures qui auront des applications photovoltaïques."
nous explique le site NanoArt

@ consulter :
 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 27 janvier 2015

Univ. Grenoble Alpes