Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Présentation

L’AERES rend ses conclusions sur Grenoble INP

Mis à jour le 20 mars 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Suite à un audit de plusieurs jours en mai 2010, le rapport de l’AERES (agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) a été livré.

Aeres

Aeres

Grenoble INP peut être fier des conclusions émises par cette agence indépendante. Ses choix stratégiques et les résultats de son développement ont été reconnus performants.
Par son pilotage, ses formations d'ingénieurs sont devenues plus attractives, ainsi que sa recherche et sa valorisation. Cependant, au vu de son potentiel, Grenoble INP doit améliorer sa participation aux programmes européens de recherche. Sur un plan plus opérationnel, les préconisations du rapport de l'AERES seront les leviers d'une nouvelle étape de progrès pour l'établissement et son futur projet quadriennal de performance 2011-2014.

 

Conclusions du rapport de l'AERES


Points forts
  • L'Institut polytechnique de Grenoble dispose d'une vraie vision stratégique
  • La reconfiguration de ses écoles a permis d'augmenter la qualité et l'attractivité de ses formations d'ingénieurs
  • Sa politique de valorisation est ambitieuse et efficace
  • La mise en place d'un pilotage central de la recherche est un atout pour la définition de la politique de l'établissement
  • Le pilotage de l'établissement, complexe par la multiplicité de ses partenariats, s'appuie sur des indicateurs de performance pertinents

Points faibles
  • Le recrutement des professeurs est trop local
  • L'ouverture vers l'international est insuffisante en termes de mobilité enseignante et de participation  aux programmes européens
  • La mise en cohérence du système informatique, qui part d'un existant très chaotique, est loin d'être terminée, faute d'une mutualisation suffisante des ressources humaines
  • L'absence d'une comptabilité analytique, indispensable pour une gestion par projet, telle qu'elle est largement pratiquée
  • La relative opacité de l'activité contractuelle des laboratoires du fait de la multiplicité des tutelles

Recommandations
  • Continuer à transformer la gouvernance avec une subsidiarité cohérente, homogène et efficace entre l'Institut polytechnique de Grenoble et ses composantes
  •  Renforcer une ouverture internationale en recherche qui soit à la hauteur des légitimes ambitions de l'établissement
  • Mettre en place effectivement les processus de gouvernance annoncés en matière de gestion financière et de RH
  • Simplifier, normaliser et développer les outils des SI, en gestion comme en formation
  • Maîtriser la masse des heures complémentaires pour réellement maîtriser la masse salariale
  • Participer aux évolutions du PRES Université de Grenoble, tout en préservant :
    • Le pragmatisme dans la conduite des changements, en  conservant une approche par projet plus qu'une approche de modification top down     institutionnelle
    • L'identité technologique de l'établissement
    • La qualité des partenariats dans MINATEC et dans GIANT

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 20 mars 2014

Evaluation des laboratoires

20 unités de recherche sur les 22 évaluées par l'AERES en 2010 ont été notées A + ou A. 95 % des enseignants-chercheurs de Grenoble INP sont considérés comme ayant une activité de recherche performante. Les 2 écoles doctorales gérées par Grenoble INP ont été évaluées A+.
Univ. Grenoble Alpes