Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Présidence

Chantal Robach, chargée de mission "Evolution universitaire du pôle de Valence"

Mis à jour le 15 septembre 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

La mission Evolution du site universitaire est pilotée par Daniel Brissaud, VP Stratégie, en lien avec le service dirigé par Jean-Rossel Millet, les Affaires financières, dirigées par Alain Scordel, et l'agence comptable dirigée par Hubert Hémart.

Parcours
Chantal Robach est professeur et Directrice de Grenoble INP - Esisa. De 2002 à 2007, elle a dirigé le Laboratoire de Conception et d'Intégration des Systèmes (LCIS), pour devenir à cette date directrice de l'Esisar à Valence. Elle enseigne dans les domaines de la conception logique et l'architecture matérielle, test de circuits et systèmes.

Faire de Valence un pôle universitaire attractif par une implication locale
"Grenoble INP est très présent à Valence avec une école d'ingénieur (Esisar), un laboratoire de recherche (LCIS), une plateforme technologique et, à partir de la rentrée 2012, une antenne de La Prépa. En tant que chargée de mission, mon rôle est de porter les projets valentinois pour Grenoble INP.
Pour cela, je travaille en étroite collaboration avec l'Agence de développement universitaire Drôme Ardèche (ADUDA) et les autres acteurs de la vie universitaire valentinoise (4 universités). Dans une démarche inter-universitaire, l'idée est de créer ou redynamiser des projets valentinois et de la région afin de les faire reconnaitre par les acteurs de la vie universitaire locale.
Je suis en quelque sorte la porte-parole de Valence, pour permettre à ce site d'avoir une réelle politique locale, s'inscrivant pleinement dans celles de Grenoble INP et de l'Université de Grenoble-Alpes. Nous mettons ainsi les actions valentinoises en avant afin de faire reconnaitre leur richesse et rappeler qu'elles sont complémentaires des actions grenobloises.
J'ai également un devoir d'alerte vis-à-vis des problématiques rencontrées sur le site valentinois, comme par exemple les difficultés que rencontrent les étudiants dans les restaurants universitaires de la ville, qui ont une capacité d'accueil trop réduite par rapport au nombre d'utilisateurs quotidiens.

Valence étant la plus grosse antenne universitaire française, plusieurs actions ont été mises en place pour faciliter la vie de ses étudiants : création d'une bibliothèque inter-universitaire commune sur le site Briffaut, développement d'un portail internet post bac, facilitant l'accès aux informations pour les étudiants et futurs étudiants du site valentinois. Nous voulons réellement rappeler aux jeunes qu'ils ont la possibilité d'étudier près de chez eux, sans forcément aller dans les "grandes villes" de la région.
Mon but est aussi de valoriser les actions de l'Esisar et du LCIS, basés à Valence et donc parfois méconnus des grenoblois, alors que leurs projets sont d'une grande richesse et complémentaires avec les actions menés à Grenoble INP."

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 15 septembre 2015

Univ. Grenoble Alpes