Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche - Valo > Eclairages

L'homme bientôt réparé ?

Mis à jour le 29 septembre 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Remplacer les os fracturés ou lésés par des prothèses de titane c’est bien, mais pouvoir les réparer, ça serait mieux ! Cela pourrait être bientôt possible grâce aux travaux de l’équipe de Catherine Picart, du Laboratoire des matériaux et du génie physique (LMGP), qui sont issus des avancées des projets BIOMIM et OSCODI soutenus par l’European Research Council (ERC) en 2010 et 2013.

Crédit : Labelverte-Fotolia

Crédit : Labelverte-Fotolia

L’homme est une merveilleuse machine, qui a parfois besoin d’un petit coup de pouce. On sait par exemple qu’il existe dans l’organisme des molécules capables de stimuler la croissance de l’os et du cartilage : les BMP*. Implantées expérimentalement dans du muscle, elles sont même capables d’induire la formation d’os là où on n’en attend pas du tout ! Déjà validée en chirurgie dans certains cas bien particuliers en combinaison avec des éponges, l’utilisation de ces facteurs de croissance pourrait être étendue à la réparation d’autres fractures.


Un problème se pose cependant : on ne sait pas les faire interagir avec les implants artificiels, lesquels sont constitués de matériaux inertes. C’est là qu’intervient l’équipe de Catherine Picart du LMGP, dont l’idée est d’utiliser un film à base de polymères naturels pour « tapisser » l’implant de ces fameuses molécules. Poreux, ce film présente des propriétés qui lui permettent tout à la fois de « piéger » les facteurs de croissance, et d’adhérer parfaitement à la surface sur laquelle on l’applique en épousant sa géométrie. Une fois sur place, les BMP sont libérées localement et progressivement.
Les résultats des essais réalisés in vitro et sur le petit animal dépassent les espérances. En collaboration avec le Prof Bettega, spécialiste de chirurgie maxillo-faciale, les chercheurs s’orientent désormais vers un modèle de gros animal et ambitionnent, à terme, de pouvoir traiter des patients.  Ce projet APIOS est désormais soutenu par la SATT de Grenoble.



*   Bone Morphogenetic Proteins

Regarder la vidéo de la conférence de Catherine Picart, lors du TEDxGrenoble de juillet 2015
 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Clotilde Waltz

mise à jour le 29 septembre 2015

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes