Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Technology
Innover pour un avenir durable

Marion Thomas : escalader les difficultés jusqu’au sommet !

Publié le 31 janvier 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Distinction / prix

Elève-ingénieur à Grenoble INP – Génie industriel, cette jeune sportive de haut niveau est la première Française à accéder à la finale dans deux disciplines sur une étape de Coupe du monde d’escalade sur glace.
Nous l’avons rencontrée, durant ses partiels, alors qu’elle rentrait tout juste de la 3ème étape de coupe du monde, en Suisse, et s’apprêtait à re-partir en Italie poursuivre les compétitions. Portrait d’une grimpeuse pleine d’énergie qui ne perd jamais le sommet de vue et poursuit son ascension au sein de l’équipe de France.

Marion-THOMAS-vitesse-Saas-fee2.jpg

Marion-THOMAS-vitesse-Saas-fee2.jpg

Bonjour, peux-tu te présenter ?

Je suis lyonnaise et suis très heureuse d’avoir intégré cette année l’école Génie industriel. Grenoble est une ville parfaite pour m’entraîner avec l’équipe de France, dont je fais partie pour la première année dans cette discipline.

Je grimpe depuis 12 ans, déjà ! J’ai très vite intégré l’équipe compétition et à 17 ans j’étais en équipe de France de Vitesse (aux côté notamment de Quentin Nambot) pendant 1 an. Cette année là, j’ai terminé 9ème aux championnats d’Europe.
Depuis je me suis spécialisée en escalade sur glace dans 2 disciplines : difficulté et vitesse. Contrairement à l’escalade traditionnelle, nous utilisons des crampons et piolets. Pour la difficulté, l’objectif est d’aller le plus haut possible sur des parois d’environ 20 mètres de haut comprenant des parties en glace et d’autres sur prises. Concernant la vitesse, l’objectif est d’aller le vite possible sur des murs de glace d’environ 15 mètres.

Le statut de sportive de haut niveau me permet de participer aux compétitions internationales en parallèle de mes études d’ingénieur.

Justement, peux-tu nous parler de ce statut ? Comment aide-t-il ton double projet
sportif et universitaire ?
 
Concilier sport et études de haut niveau m’apporte un équilibre. Grâce à ce statut je vais pouvoir faire ma première année en 2 ans. L’école m’apporte un grand soutien et c’est très important pour moi. Du fait des compétitions et stages, j’ai manqué 2 mois de cours au premier semestre. Je ne suis rentrée de Chine que 2 jours avant les partiels, c’est très intense !
Je suis cependant sereine car mes professeurs sont d’une aide très précieuse. Ils ont su adapter la pédagogie à mes besoins, certains ont même pris le temps de me donner des cours de soutien en dehors des heures de cours. J’ai aussi eu certains cours en avance. Je tiens à remercier tout particulièrement mon école ainsi que les enseignants qui me permettent de mener à bien ce double projet scolaire et sportif !

Tout cela ne fonctionnerait pas, bien entendu, si je n’étais pas hyper motivée !

Tu as intégré cette année l’équipe de France d’escalade sur glace, parle-nous un peu de ton palmarès et de tes objectifs.

Je découvre le milieu de la compétition internationale, cette année mon objectif est de prendre mes marques pour revenir plus forte l’année prochaine. Je visais la demi-finale en difficulté. Objectif réussi sur 2 étapes, et même dépassé puisque je suis parvenue jusqu’en finale lors de la 3ème étape de coupe du monde en Suisse et me suis classée 7ème dans les deux disciplines.
Accéder à toutes les finales des étapes de coupe du monde en vitesse était exceptionnel, je vais m’entraîner d’autant plus pour accrocher le top 5 l’année prochaine.
Accéder à une finale en difficulté sur une coupe du monde était tout simplement fabuleux ! C’était vraiment magique, ça m’a vraiment motivée pour un podium dans les années à venir.
Ce n’est pas encore fini puisqu'il reste une coupe du monde et les championnats du monde en France, ensuite je reprendrais les entraînements.


Avoir intégré l’équipe de France m’ouvre d’autres horizons… et pourquoi pas une sélection pour les Jeux Olympiques d’hiver en Chine en 2022, notre discipline étant en bonne voie pour y rentrer !
J’aimerais remercier mon entraîneur Adrien Pirolo de 2optraining, qui a su me soutenir, dans les bons comme dans les moments plus difficiles. Si j'en suis là, c'est en partie grâce à lui et au soutien de toute l'équipe et de mes proches.


De beaux objectifs ! Et pour ta future carrière, qu’envisages-tu ?


Je suis très heureuse d’avoir intégré mon école car les 2 filières qu’elle propose sont passionnantes. Je ne sais pas encore laquelle je vais choisir l’année prochaine.

Plus tard, j’aimerais transmettre en entreprise les valeurs qui sont fortes dans la pratique de la compétition à haut niveau et dans le sport en général. Je me vois bien exercer un métier qui soit en lien avec le sport. Par exemple travailler dans la conception de matériel d’escalade ou dans leur industrialisation. Ce doit être des métiers passionnants !

Comment parviens-tu à financer ta pratique ? As-tu déjà des sponsors ?

J’ai déjà 2 sponsors : PlanetGrimpe et Looking for Wild. La Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) me soutient également financièrement uniquement sur une partie des étapes en Asie. Le financement pour la saison prochaine est un réel problème pour moi.

Le matériel coûtant très cher (les piolets et crampons coûtent à eux seuls plus de 1500 euros), je n'ai pas encore pu investir dans du matériel de qualité, ce qui freine ma progression.
Petite anecdote : pour l’instant j’ai des crampons montés sur des chaussures de ski de fond ! Du matériel de qualité aura un impact direct sur ma performance, j’en suis persuadée. Ce circuit mondial représente également un certain investissement, de par les déplacements (en Asie, Etats Unis, Europe) et la qualité de l'équipement.
Je suis donc à la recherche active de sponsors souhaitant m'accompagner dans cette merveilleuse aventure !


Un message à faire passer ?


Pour moi, lorsque l’on a un projet, on peut tout réaliser à partir du moment où l'on s'en donne les moyens. Je dirais que, si on a l’envie, tout est faisable. Ce qu’il faut, c‘est ne surtout pas oublier de se faire plaisir.
Avec l’envie, la motivation et le plaisir, on peut aller au plus haut niveau, que ce soit dans le sport ou dans les études et notre future carrière.


Bravo et bonne chance dans tes projets !


Consulter son site internet

 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Marie Glorion

mise à jour le 19 mai 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus