Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Technology
Innover pour un avenir durable

Interview de Quentin Nambot, sportif de haut niveau

Publié le 23 juin 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Distinction / prix

Rencontre avec Quentin Nambot, élève-ingénieur en 1ère année à Grenoble INP - Ensimag et sportif de haut niveau en escalade de vitesse au palmarès impressionnant.

escalade compétition

escalade compétition

Peux-tu nous parler de ta discipline: l'escalade de vitesse ?


L'escalade de vitesse est une discipline assez particulière de l'escalade. C'est assez différent de l'escalade traditionnelle, le but étant de grimper le plus vite possible comme on peut s'en douter, mais sur une voie identique dans toutes les compétitions : un mur de 15m de haut, en léger dévers, avec les prises toujours au même endroit, d'une difficulté d'environ 6b+. Le gros avantage de ce format est que les compétitions sont particulièrement impressionnantes, les compétiteurs étant tous équivalent, grimpant le mur entre 5s50 et 6s50 chez les hommes et entre 7s50 et 8s50 chez le femmes. Du coup la moindre petite erreur est fatale et peut changer complètement le cours d'une compétition. La discipline est donc très exigeante mentalement, d'autant plus que, comme au tennis, les athlètes s'éliminent un par un en grimpant en duel côte à côte, et le premier arrivé en haut passe à la manche d'après. C'est une discipline vraiment à part, mais particulièrement incroyable en tant que sportif puisqu'elle procure des sensations incroyables, que ce soit par la prise de vitesse ou la sensation de victoire instantané lorsque l'on arrive en haut le premier.


Quel est ton palmarès ?
 

formation sportif de haut niveauDurant mes 6 années dans les catégories jeunes, j'ai été 4 fois champion de France, gagnés la plupart des coupes de France et j'ai eu un bon palmarès international lors de mes deux années juniors. En junior 1 à 18 ans j'ai gagné plusieurs coupe d'Europe ainsi que le classement général européen, et l'année suivante j'ai été sacré champion d'Europe. Au même moment j'ai intégré l'équipe de France senior où j'ai commencé à faire les coupes du Monde, avec des bonnes places : 5e en 2014 à Chamonix, 7e à Haiyang en 2015 et à Xiamen en 2016. J'ai toujours été dans le top 10 du classement mondial des coupes du Monde senior et j'ai été sacré deux fois vice-champion de France en 2016 et 2017. Du côté universitaire j'ai uniquement participé aux deux derniers championnats de France où j'ai fini 1er en 2016 et 2e cette année en 2017.


formation sportif de haut niveau
Quelles études mènes-tu à Grenoble INP et quels sont les aménagements qui te permettent de jongler avec le sport de haut niveau ?


Actuellement je viens de finir ma première année à l'Ensimag. Juste avant j'ai fait la La Prépa des INP à Grenoble en trois ans avec l'aménagement sportif de haut niveau qui permet d'étaler les deux années de prépa en trois. Cet aménagement a vraiment été essentiel à ma réussite, me permettant d'avoir un emploi du temps hebdomadaire assez léger, et des soutiens des professeurs très important permettant de rattraper le retard en cours dû aux compétitions et entraînements.



Pourquoi l'Ensimag ?


J'ai toujours aimé les maths, que ce soit pendant le collège, le lycée ou la prépa, du coup je me sentais naturellement attiré par l'Ensimag. Mais la révélation s'est faite lorsque j'ai découvert la programmation informatique durant mes années de CPP, une discipline que j'ai particulièrement apprécié. De plus, à la fin de la dernière années j'ai choisi une spécialité maths dans mes cours et la plupart des modules associés étaient donnés par des enseignants de l'Ensimag, ce qui n'a fait que conforter mon choix de choisir cette école. Aujourd'hui après un an dans l'école je sais que j'ai fait le bon choix et je suis très satisfait.


Quel parcours envisages-tu après tes études ?


Cette année j'ai décidé d'arrêter le haut niveau à la fin de ma saison en octobre 2016 pour me consacrer à l'école, et ça a payé puisque j'ai eu de super résultats. Maintenant je ne sais pas exactement ce que je compte faire après, je pense m'orienter en tant qu'ingénieur logiciel ou en sécurité informatique pour des entreprises ou des start-up. Je songe même parfois à éventuellement monter ma propre boîte après quelques années de travail. Tout ce que je sais c'est que je ferai tout pour travailler dans une entreprise qui me plaît, et dans laquelle je me sens bien.


Un message à passer, des personnes à remercier ?


Je ne remercierais jamais assez Grenoble INP qui m'a permis d'atteindre mon plus haut niveau ces dernières années, que ce soit grâce aux aménagements scolaires, aux soutiens scolaires ou même au soutien moral, particulièrement le personnel de La Prépa, Emmanuelle Zanders et Hélène Ricard. Je remercierais également mon club Mineral Spirit à Valence est à l'origine de ma passion pour l'escalade de vitesse et m'a appris l'escalade avec mes ancien entraîneur Nicolas Braud et Adelive Euvrard, l'Office des Sports Valentinois et le CDOS Drôme qui me soutiennent depuis le tout début, et surtout l'entraîneur de l'équipe de France Sylvain Chapelle sans qui je n'aurais jamais atteint un tel niveau de performance et passé d'aussi belles années.

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Raphael Amiet

mise à jour le 23 juin 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus