Aller au menu Aller au contenu
L'esprit d'innovation partagé

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
L'esprit d'innovation partagé
L'esprit d'innovation partagé

> Entreprises

Rachel Delolme, chargée d’affaires formation continue : " Nous serons là pour accompagner les entreprises"

Publié le 3 juin 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Depuis le 16 mars dernier, les étudiants et la très grande majorité des personnels de Grenoble INP poursuivent leurs activités à distance en cette période d’épidémie. Rachel Delolme, chargée d’affaires, témoigne sur le travail du département formation continue et le maintien du lien avec les entreprises en cette période inédite.

rachel delolme formation continue grenoble inp

rachel delolme formation continue grenoble inp

Qu’est-ce qui a changé dans votre manière de travailler ?


"Le travail à distance se passe bien mais je me suis donnée une organisation de travail beaucoup plus stricte qu’avant : je me fixe des objectifs précis pour chaque demi-journée. Avant, je m’organisais beaucoup au fil des rencontres entreprises. Normalement, mon travail implique pas mal de déplacements, j'étais physiquement active. Je m’impose maintenant des pauses pour bouger.

Nous communiquons beaucoup par téléphone, visioconférences, Slack, cela fonctionne très bien. Les échanges en visioconférences ne sont pas toujours évidents : il faut faire attention à ne pas parler tous en même temps et cela peut être très fatigant sur la durée. Souvent, les personnes désactivent leurs caméras pour gagner de la connexion, il n’est pas non plus facile de parler à des écrans vides !

Avec l’équipe du département formation continue qui compte une douzaine de personnes, nous faisons à la fois des réunions très techniques sur le contenu des formations et des réunions détente : zoom café, des échanges sur slack. Les temps d’échanges au café du matin étant très importants, nous tâchons de conserver un lien. Nous savons ce que font les autres et travaillons tous ensemble pour faire avancer les dossiers, même si du côté des entreprises, tout est forcément plus lent en ce moment. Nous essayons de nous caler sur les entreprises pour le report des formations. Certaines formations courtes ont, bien entendu, dû être annulées ou reportées.

Cette période de confinement a renforcé la belle solidarité au sein de l’équipe, nous avons très bien su travailler dans l’urgence sans faire d’erreur ! Chacun a trouvé sa place même si elle est un peu différente d’avant."
 

Pouvez-vous poursuivre cependant vos projets ?


"Le projet COMSUP, en lien avec la région AURA est porté par le département formation continue de Grenoble INP et par l'Université Grenoble Alpes, représentée par Jérémy Grangé, Chargé de programmes territoriaux de l'UGA. L'objectif est de rencontrer les entreprises éloignées des sites universitaires en travaillant avec les communautés de communes locales. Il s’agit de présenter l’Université Grenoble Alpes, Grenoble INP et le département formation continue en présentant tous les services que nous proposons aux entreprises : la formation professionnelle, mise à disposition de plateformes technologiques, emploi de stagiaires ou doctorants, travail des juniors entreprises, etc. L’ambition de ce projet est de susciter l’intérêt des entreprises, leur présenter notre offre de services, offre qu’ils ne connaissent pas ou partiellement dans la plupart des cas. Ce dispositif s’accompagne d’une aide financière de la Région selon le secteur géographique pour, par exemple, des projets industriels ou des financements pour les formations. Malgré le confinement, cette activité a pu se poursuivre à distance. Les communautés de communes et groupements d’entreprises sont vraiment demandeurs de ce type d’action. C’est un projet important et les entreprises apprécient vraiment que nous venions à elles.

Dans un futur proche, des plans de relance, de re-localisation et des aides à la formation seront certainement mis en place, nous serons là pour accompagner les entreprises. En effet, l'actualité nous a rappelé à quel point la gestion des flux de production, la sécurisation des approvisionnements et de la chaîne logistique représentaient de nombreux enjeux majeurs pour la continuité de production des industries.

Pour accompagner les entreprises et participer à la montée en compétences des salariés, nous proposons un certificat spécialisé dans la chaîne logistique et industrie du futur couvrant plusieurs thématiques : recherche opérationnelle, gestion de production, ordonnancement, transport, logistique, qualité, maintenance, transformation numérique. En plus le rythme est adapté à une vie professionnelle avec seulement 2 jours par mois de formation à Grenoble INP."
 

Comment envisagez-vous la rentrée en septembre ?


"Actuellement toutes nos formations diplômantes sont accessibles à distance ! Nous avons su dématérialiser et adapter notre pédagogie et nos supports de formation, le plus compliqué va être de s’organiser pour les modules techniques.

Un des enjeux est également d’anticiper le format que prendra la formation continue dans les entreprises dans 3-4 mois : faudra-t-il reprendre à distance ?"
 

Du côté de vos stagiaires, comment se passent les choses ?


"La plupart des entreprises sont au ralenti mais elles n’ont pas arrêté de produire : arrêter une ligne de production coûte trop cher. Souvent les salariés sont à mi-temps en emploi et à mi-temps au chômage technique. Tout le monde ne peut pas travailler à distance ! Certains salariés doivent remplacer des collègues qui sont absents. Eux aussi ont dû s’adapter très vite aux gestes et équipements de sécurité : mettre en place des circuits de circulation, port du masque, etc. Certains ont également peur pour leurs emplois. C’est difficile pour eux : ils doivent concilier problèmes de boulot, les examens à distance, la famille… Je leur tire mon chapeau car reprendre ses études n’est déjà pas une chose aisée !

Nos formateurs ont bien joué le jeu et les retours que nous avons eu suite à l’enquête auprès de nos stagiaires sont plutôt bons."
 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 10 juin 2020

Université Grenoble Alpes