Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche - Valo > Grenoble IN'Press

Des hydroliennes dans les fleuves et dans les mers



Créée en 2010, HydroQuest a développé une gamme d’hydroliennes capables de produire de l’électricité à partir de l’énergie hydrocinétique des courants fluviaux, estuariens et marins. Protégée par plusieurs brevets internationaux, sa technologie, développée en partenariat avec EDF, Grenoble - INP et le CNRS, est le fruit de plus de dix années de recherches menées par quatre laboratoires spécialisés en hydroélectricité. L’hydrolienne fluviale d’HydroQuest n’est pas constituée d’une hélice comme la plupart des autres hydroliennes, mais de deux colonnes de turbines à axe vertical. "Nous avons imaginé un système modulaire permettant d’empiler de un à trois turbines sur chacun des deux axes verticaux, adaptable à différentes profondeurs, précise Jean-François Simon, président d’HydroQuest. Il s’agit d’un système simple et robuste, permettant d’obtenir une excellente rentabilité économique". Les hydroliennes fluviales, d’une puissance unitaire de quelques dizaines de kilowatts, sont vendues en fermes dont la puissance totale ira de quelques centaines de kilowatts à 1 ou 2 Mégawatt. La société a déjà installé des machines sur plusieurs sites à Grenoble, en Guyane, et à Orléans. "Le marché mondial est estimé à 15 milliards d’euros pour les dix prochaines années". Après le marché des hydroliennes fluviales, HydroQuest s’attaque à celui des hydroliennes marines. La société vient de signer un accord de partenariat avec les Constructions Mécaniques de Normandie (CMN), l’un des principaux chantiers navals français,  implantés à Cherbourg, pour développer des parcs d’hydroliennes marines à travers le monde. Avec le groupe Valorem, CMN et HydroQuest ont répondu à l’appel à manifestations d’intérêt de l’Ademe dont l’objectif est d’implanter une ferme pilote de 10 hydroliennes de 1,3 MW chacune dans la zone du Raz Blanchard, pour une puissance totale installée de 13 MW.
Un premier démonstrateur permettra de procéder à des essais dès 2015 pour valider les atouts de la technologie : modularité, résistance et surtout, une rentabilité exceptionnelle pour ce type d’installation.





Rédigé par Clotilde Waltz

mise à jour le 27 novembre 2014

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes