Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

Usine Nouvelle et Industrie & Technologies : Grenoble INP caracole en tête des classements !

21 mars 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué le 21 mars 2013
Avec 81,7 points sur 100, Grenoble INP arrive 2ème au classement général de l'Usine Nouvelle, juste derrière Polytechnique, et retrouve sa 1ère place pour la recherche. C'est la deuxième fois que le groupe occupe cette seconde place des écoles françaises d'ingénieurs sur le podium de l'Usine Nouvelle, 2nde place également obtenue en 2012 au classement mondial QS World University Rankings Engineering & Technology !

L'Usine Nouvelle note que "si le manque d'ingénieurs en France fait débat, ce diplôme ne connait pas la crise" et note que le recrutement se diversifie peu à peu, faisant une part plus large aux admissions sur titre.
Deuxième au classement général et premier en recherche (7ème en 2012), Grenoble INP se classe par ailleurs 5ème pour l'international (10ème en 2012), 11ème pour l'insertion (12ème en 2012) et 26ème pour les moyens financiers (35ème en 2012). L'article met également le groupe en exergue pour sa contribution à la création de start-up et son partenariat avec Grenoble Angels.

Un bonheur n'arrivant jamais seul, Grenoble INP cartonne également dans le classement annuel des écoles d'ingénieurs en fonction de la qualité de leurs activités de R&D, par Industrie & Technologies. On retrouve le même trio de tête qu'en 2012 : Mines ParisTech, Grenoble INP et Polytechnique. Mais cette année, Grenoble INP ravit la première position à l'école parisienne, notamment pour avoir mieux su garder ses élèves doctorants et post-doctorants. L'X, quant à elle, conserve sa deuxième place grâce à de bons résultats sur deux des trois critères d'évaluation de la recherche et de l'innovation, le chiffre d'affaires généré par les contrats de recherche et le nombre de doctorants.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Celina Schmitt

mise à jour le 21 mars 2013

Université de Grenoble