Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche > Dans nos labos > Grenoble IN'Press

Traitement de l'information et observation de l'environnement



Jocelyn Chanussot

Jocelyn Chanussot a fait de l'observation de l'environnement par télédétection sa spécialité. Avec succès : le chercheur du GIPSA-Lab, professeur à Grenoble INP - Ense3, a reçu récemment plusieurs distinctions honorifiques et scientifiques.






Diplômé Grenoble INP - Ense3 (ex-ENSIEG) en 1995, Jocelyn Chanussot part ensuite à Annecy réaliser une thèse dans le domaine du traitement du signal et des images, spécialité mixant mathématiques appliquées, modélisation physique et informatique.
Plus particulièrement, il se consacre à l'imagerie hyperspectrale, qui contrairement aux techniques classiques d'imagerie optique, produit toute une série d'images de la même scène, mais prises dans plusieurs centaines de longueurs d'onde différentes. « A la différence de l'imagerie panchromatique qui ne rend compte que d'une information d'intensité lumineuse (image en niveaux de gris), de l'imagerie couleur qui ne mesure l'information que dans les couleurs primaires (rouge, vert et bleue), l'imagerie hyperspectrale mesure l'information réfléchie dans plusieurs centaines de longueurs d'onde, couvrant les domaines du visible, de l'infra-rouge, voir du thermique. Cette diversité d'information permet une caractérisation fine des propriétés physiques des scènes observées. Deux matériaux peuvent apparaître avec la même couleur mais correspondre en fait à des matériaux différents. Le capteur hyperspectral nous permet de les différencier », explique le chercheur. Mais, revers de la médaille et objet de ses recherches, le traitement de ces données particulièrement complexes et de très grande dimension nécessite le développement de nouveaux outils et algorithmes de traitement, les techniques traditionnelles échouant à traiter ces mesures où chaque point est représenté par plusieurs centaines de valeurs ! Aujourd'hui, l'imagerie hyperspectrale représente 75% de son activité de recherche, et lui a valu une reconnaissance internationale. « Les besoins apparaissent dans des domaines très variés. Nous étudions par exemple la biodiversité dans la forêt tropicale en collaboration avec un laboratoire de l'Université Stanford. Chaque type de couverture végétale, et souvent chaque essence faisant partie de la couverture végétale, absorbe et réfléchit une combinaison spécifique de longueurs d'onde. Ces données renseignent sur la santé des forêts et l'inventaire forestier lui-même, en plus d'enrichir les données sur la biodiversité, les perturbations naturelles et les effets des changements climatiques. » Imagerie hyperspectrale

Avec son équipe, il travaille également en collaboration avec l'Université d'Islande pour analyser les roches volcaniques. A une tout autre échelle, il applique une technique analogue sur des images microscopiques de bétons à différentes longueurs d'ondes pour en caractériser les différents types. « Ce travail est réalisé avec le groupe Lafarge, qui souhaite optimiser la qualité de ses ciments et bétons et leur process de fabrication ». Mais l'imagerie hyperspectrale ouvre des perspectives dans bien d'autres domaines, comme l'imagerie biomédicale dans le suivi de certaines pathologies cutanées ou l'exploration planétaire extra-terrestre.

Tous ces travaux ont valu à Jocelyn Chanussot plusieurs distinctions, dont le 2012 Transactions Prize Paper Award et le 2011 Symposium Best Paper Award de la IEEE Geoscience and Remote Sensing Society, récompensant des travaux menés avec ses doctorants Alberto Villa (en cotutelle avec l'Université d'Islande et le professeur Jon Atli Benediktsson) et Silvia Valero (en cotutelle avec l'UPC à Barcelone et le professeur Philippe Salembier), respectivement. Il a par ailleurs été nommé Fellow de l'IEEE, et a intégré l'Institut Universitaire de France (IUF) pour une durée de cinq ans. A ce titre, il bénéficie d'une décharge d'une partie de ses heures d'enseignement, qu'il mettra à profit pour se consacrer à son équipe, doctorants et post-doctorants, ainsi qu'à son travail d'éditeur en chef de la revue IEEE Journal of Selected Topics on Applied Earth Observations and Remote Sensing ou l'organisation de la conférence IEEE Workshop on Hyperspectral Image and Signal Processing : Evolution in Remote Sensing (WHISPERS) qui depuis sa première édition à Grenoble en 2009 est devenue le rendez-vous annuel du monde hyperspectral.



mise à jour le 29 juin 2017

Univ. Grenoble Alpes