Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche > Stratégie

Grenoble INP invite un spécialiste des microondes

Mis à jour le 22 mars 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Ke Wu, spécialiste des microondes et des ondes millimétriques, est actuellement à Grenoble INP en tant que professeur invité pour trois mois. L’occasion de revenir sur la carrière de ce chercheur reconnu internationalement.

Grenoble INP invite un spécialiste des micro-ondes
Pouvez-vous nous retracer brièvement votre parcours ? Ke Wu : Je suis arrivé de Chine grâce à une bourse gouvernementale en 1983, pour effectuer un DEA et une thèse à Grenoble INP en optique, opto-électronique et micro-ondes, au laboratoire d'électromagnétisme (LEM) de Grenoble, devenu depuis IMEP-Lahc. J'ai ensuite émigré vers le Canada, où j'ai intégré le Département de génie électrique et informatique de l'Université de Victoria, avant de rejoindre l'École polytechnique de Montréal comme professeur adjoint. J'ai été professeur au Département de génie électrique de cette école, et détenteur d'une Chaire de recherche en ingénierie des radiofréquences et ondes millimétriques. J'ai ensuite beaucoup travaillé à l'étranger en tant que professeur invité aux États-Unis, en Europe et en Asie. Je suis actuellement directeur du laboratoire Poly GRAMES, un laboratoire reconnu internationalement dans le domaine des microondes. Quels sont vos thèmes de recherche ? K. W. : Mes travaux de recherche concernent toutes les microondes, dont les longueurs d'onde vont du gigahertz à quelques centaines de GHz. Leurs utilisations sont nombreuses, car plus la longueur d'onde diminue, plus la fréquence augmente, et plus la quantité d'information transmise est élevée. Les radars actuels, sous leurs diverses formes (anti-missiles, anti-feu, météo, guidage de missiles, contrôle du trafique des aéroport) représentent une utilisation majeure des micro-ondes. Plus récemment, les fréquences micro-ondes ont commencé à être largement utilisées dans les systèmes de communication. Mes recherches actuelles portent sur les techniques d'intégration planaires et non-planaires hybrides et monolithiques, les circuits passifs et actifs, les réseaux d'antennes, les techniques avancées de conception (CAO) et de modélisation basées sur la théorie des champs, ainsi que le développement de transmetteurs/récepteurs en radiofréquence et en ondes millimétriques à faible coût. Je m'intéresse également à la modélisation et à la conception de circuits et systèmes photoniques RF et micro-ondes. Quels sont vos projets à court terme ? K. W. : A l'occasion de mon séjour à Grenoble INP, je travaille à définir des perspectives de collaboration entre nos deux équipes. En particulier, nous allons travailler conjointement sur la mise au point d'antennes intelligentes pour ondes millimétriques, et de « guides d'ondes ». Pour des fréquences supérieures à la centaine de GHz, pour lesquelles on trouve essentiellement des applications radar ou spatiales, on utilise en effet des guides d'ondes, rectangulaires ou cylindriques, du fait de leurs meilleures propriétés électriques ou mécaniques. Cela permet de réduire les pertes de signal, et de réduire le nombre de composants en dehors de la puce. Sur ce sujet, nous travaillons en partenariat avec ST Microelectronics. En 2012, j'organise à Montréal l'International Microwaves Symposium (IMS), la plus importante conférence internationale dans le domaine des microonde, laquelle se tiendra pour la seconde fois hors des Etats-Unis en 2012.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 22 mars 2013

Univ. Grenoble Alpes