Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche > Valorisation > DicoValo

TRL : à quoi ça sert ?

Mis à jour le 26 juillet 2018
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
article rédigé par Wahiba Robert

Le TRL (Technology Readiness Level ou niveau de maturité technologique) est un système de mesure employé pour évaluer le niveau de maturité d’une technologie. Développé et utilisé d’abord par la NASA dans les années 70/80, l’usage des TRL est aujourd’hui répandu.
L’échelle comporte 9 niveaux de maturité (de 1 – faible - à 9 –fort) ; plus le niveau est haut, plus la technologie est sécurisée pour une accroche marché en tant que produit (par exemple, une application logicielle) ou composant à intégrer à un système. Voici une vue globale de l’échelle ; une vue détaillée vous est proposée plus bas.



Les TRL aident à la prise de décisions en matière de développement et de transfert d'une technologie.
Les avantages ? 
  • Fournir une compréhension commune de l’état d’une technologie,
  • Permettre une gestion du risque,
  • Gérer, le temps, les coûts et les moyens à déployer pour rendre la technologie applicable.
Classiquement les innovations issues de nos laboratoires de recherche relèvent d’un niveau de 1 à 4. La collaboration avec des entreprises (par exemple, dans le cadre de thèses CIFRE) est propice à des TRL plus élevés du fait de l’accès à l’environnement réel. Sans ces partenariats étroits, la technologie doit souvent être travaillée pour une montée en TRL via des dispositifs dits de pré-maturation / maturation pour permettre le transfert de la technologie dans le monde socio-économique.

Aujourd’hui, l’accès à la plupart des guichets de financements (recherche, innovation et transfert de technologie) dépend du niveau de TRL de la technologie objet du projet présenté pour un financement.

En voici un exemple :



Source : BearingPoint - Erdyn-Technopolis, juin 2012 : Etude portant sur l’évaluation des pôles de compétitivité | Chapitre 4 : les financements de projets R&D des pôles


Les chargés de montage de projets recherche et de valorisation de la DRIVE sont là pour vous orienter vers les guichets les plus appropriés à votre projet.

 

Echelle des TRL (Technology Readiness Level) - Niveaux de maturité des technologies

TRL  Description
?1. Les principes de base ont été observés et
décrits
 C’est le niveau le plus bas de maturité d’une technologie. On commence à évaluer les applications militaires de la recherche scientifique, par exemple sous la  forme de publications analysant les caractéristiques fondamentales de la technologie
2. Les concepts d’emploi et/ou des propositions d’application ont été formulés  Début de la phase d’invention. A partir de l’observation des principes de base, il devient possible d’envisager des applications pratiques. Ces applications restent potentielles. Il n’y a pas de preuve ni d’analyse détaillée pour les confirmer. On n’en est encore qu’au stade d’études papier.
3. Premier stade de démonstration analytique ou expérimental de fonctions critiques et/ou de certaines caractéristiques.  Lancement d’études analytiques et de travaux de laboratoire concernant la validation de certaines briques élémentaires de la technologie afin de valider concrètement les études prévisionnelles.
4. Validation en environnement de  laboratoire de briques élémentaires et/ou de sous-systèmes de base  Les constituants de base de la technologie ont été intégrés, mais sous une forme relativement « peu représentative » d’un système éventuel, par exemple sous forme d’un « maquettage » en laboratoire.
5. Validation en environnement représentatif de   briques  élémentaires et/ou de sous-systèmes.  La représentativité des sous-systèmes s’accroît nettement. Les briques élémentaires sont intégrées dans un ensemble complet permettant l’essai de la technologie dans un environnement  simulé réaliste, par exemple sous forme d’une intégration de laboratoire « très représentative ».
 6. Démonstration en environnement représentatif de modèles ou de prototypes d’un système ou d’un sous-système.  On essaie dans un environnement représentatif un modèle représentatif ou un prototype de système, bien plus complet que ce qui a été testé à l’étape 5, et ceci représente une étape clé de démonstration de maturité d’une technologie, comme par exemple l’essai d’un prototype dans un laboratoire restituant de façon très précise les conditions d’environnement, ou les conditions d’emploi opérationnel.
7. Démonstration d’un système prototype en environnement opérationnel.  Démonstration d’un système prototype conforme au système opérationnel, ou très proche. Représente une forte progression par rapport à l’étape 6, avec la démonstration d’un prototype réel, dans un environnement opérationnel, tel par exemple un véhicule ou une plate-forme aérienne, par exemple un aéronef banc d’essais. On recueillera à ce stade des informations pour obtenir l’aptitude au soutien de cette technologie.
8. Le système réel complètement réalisé est qualifié par des essais et des démonstrations. On a prouvé le fonctionnement de la technologie, sous sa forme finale, et dans les conditions d’emploi attendues. Cette étape est dans la majorité des cas la fin de la démonstration, avec par exemple les essais et l’évaluation du système au sein du système d’arme prévu, afin de savoir s’il respecte les spécifications demandées, y compris pour le soutien en service.
9. Le système est qualifié, après son emploi dans le cadre de missions opérationnelles réussies. Etape d’application de la technologie sous sa forme finale, et en conditions de mission représentatives, telles que celles qui peuvent être rencontrées lors d’essais et d’évaluations opérationnels, et d’essais de fiabilité, ce qui inclut par exemple l’emploi dans des conditions de missions opérationnelles.

Source : http://www.agence-nationale-recherche.fr/fileadmin/aap/2014/aap-astrid-m-2014.pdf

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 26 juillet 2018

DicoValo : abécédaire recherche et valorisation

La valorisation en quelques chiffres

  • Trophées CURIE : finaliste en 2016 ; lauréat en 2017
  • 300 actifs de propriété intellectuelle dont 50% en mandat Grenoble INP
  • Brevets valorisés à 90%
  • Forte dynamique dans la SATT avec 30% des projets portés par Grenoble INP

Contact de la DRIVE


Univ. Grenoble Alpes