Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Thales, le CNRS et trois établissements d'enseignement supérieur créent le Groupement d'Intérêt Scientifique « Sources et Accélérateurs »

Publié le 25 mars 2008
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué

Le CNRS, par le biais de l'Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3), l'Université Paris-Sud 11, l'Université Joseph Fourier de Grenoble, l'Institut polytechnique de Grenoble et le groupe Thales, au travers de ses unités industrielles implantées à Vélizy et à Thonon, viennent de créer le Groupement d'Intérêt Scientifique « Sources et Accélérateurs ».

Officialisée le 26 mars 2008 en présence de Valérie Pécresse, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, la création de ce GIS démontre la volonté des partenaires de favoriser par des actions concrètes la coopération entre les acteurs de la recherche et de l'enseignement supérieur et le monde économique, contribuant ainsi à l'effort national pour l'innovation industrielle.

Les activités du GIS permettront aux partenaires de développer de nouvelles solutions industrielles destinées à des applications de haute technologie en plein essor :

  • Dans le domaine de la physique des particules, le développement des machines du futur (collisionneurs électrons-positrons par exemple), exigera l'utilisation de sources pulsées de la classe 50 MW, soir un facteur 10 au-delà des dispositifs aujourd'hui disponibles.
  • Dans le domaine de la physique nucléaire, certains grands projets (faisceaux d'ions pour étude des structures nucléaires, étude de la transmutation des noyaux...), rendront nécessaire l'utilisation de sources continues de classe 1 MW ayant un niveau de fiabilité très au-delà des dispositifs actuels.
  • Dans les sciences appliquées (sources de lumière, sources de neutrons...), de multiples projets européens en cours utilisent des équipements qui exploitent les acquis récents sur les cavités supraconductrices. Ces équipements demandent des dispositifs RF dont les performances en traitement du signal doivent être à la pointe de la technologie.
  • Enfin, les secteurs médicaux et industriels (radio, proton et hadron thérapie, médecine nucléaire, stérilisation, physique des plasmas, sécurité...), sont des domaines en pleine expansion qui demandent des équipements plus intégrés, moins chers, éventuellement transportables, pour lesquels les dispositifs de sources RF devront fonctionner à des fréquences trois fois supérieures aux dispositifs actuels.

Lire l'intégralité du communiqué


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 25 mars 2008

Univ. Grenoble Alpes