Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Talents CNRS 2015 : 2 membres des laboratoires co-pilotés par Grenoble INP à l’honneur

Publié le 16 octobre 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Prix et distinctions

Le CNRS distingue chaque année, au niveau national, des chercheurs, ingénieurs et techniciens travaillant au sein de laboratoires des délégations régionales du CNRS. En 2015, le CNRS honorera 6 lauréats pour la délégation Alpes : 2 Médailles d’argent, 3 Médailles de bronze et 1 Médaille de cristal. Parmi eux, 2 membres des laboratoires co-pilotés par Grenoble INP. Jocelyne Troccaz du laboratoire TIMC-IMAG est décorée de la médaille d’argent et Samuel Viboud du LEGI est distingué, lui, de la médaille de cristal.

Distinctions----palmes-©-Piai---Fotolia.png

Distinctions----palmes-©-Piai---Fotolia.png

Ce vendredi 16 octobre 2015, les récipendaires ont reçu leurs distinctions des mains des directeurs des instituts du CNRS, en présence, notamment, d’Eric Piolle, maire de Grenoble, de Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole, de Claudine Schmidt-Lainé, rectrice de l’Académie de Grenoble, et des responsables des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ainsi que ceux des organismes de recherche.

Jocelyne Troccaz, Médaille d’argent
Jocelyne Troccaz, Directrice de recherche CNRS est chercheuse en robotique médicale au Laboratoire Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité - informatique, mathématiques et applications de Grenoble (TIMC-IMAG).
La Médaille d'argent du CNRS distingue un chercheur pour l'originalité, la qualité et l'importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international.

Les recherches de Jocelyne Troccaz ont prouvé que la robotique pouvait aider le chirurgien à mieux soigner ses patients. Reconnus sur le plan national et international, ses travaux concernent la robotique et l’imagerie médicales ainsi que l’enseignement de la médecine assistée par ordinateur. Dotée d’une grande ouverture d’esprit qui la pousse très vite à se rapprocher du milieu médical, la scientifique a grandement facilité l’intégration des robots aux gestes chirurgicaux. Après avoir dirigé pendant dix-sept ans l’équipe « Gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur » du laboratoire TIMC-IMAG, Jocelyne Troccaz coordonne, depuis 2013, l’axe médical de l’Equipex ROBOTEX, qui vise à créer un réseau national de plateformes robotiques.
Elle a, par ailleurs, joué un rôle essentiel dans le lancement de quatre start-up ayant permis de faire passer bon nombre de ses résultats au stade industriel. Ses recherches les plus récentes sur l’aide à la ponction de prostate font déjà autorité. En permettant le guidage plus précis de la ponction, la méthode qu’elle a mise au point devrait améliorer la prise en charge du cancer de la prostate, de loin le plus fréquent chez l’homme.

Samuel Viboud, médaille de Cristal
Samuel Viboud, ingénieur d’études CNRS est ingénieur en techniques expérimentales sur grand instrument au laboratoire des écoulements géophysiques et industriels (LEGI).
La Médaille de cristal du CNRS distingue des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Elle récompense celles et ceux qui, par leur créativité, leur maîtrise technique et leur sens de l'innovation, contribuent aux côtés des chercheurs à l'avancée des savoirs et à l'excellence de la recherche française.

Depuis 2011, Samuel Viboud est le directeur technique de la plateforme tournante Coriolis, un dispositif expérimental qui entraîne en rotation une cuve de 350 tonnes et de 13 mètres de diamètre. L’objectif : permettre aux chercheurs d’étudier les écoulements influencés par la force de Coriolis, et ainsi d’approfondir les connaissances fondamentales sur les processus atmosphériques et océaniques.

Depuis son recrutement au laboratoire des écoulements géophysiques et industriels (LEGI) en 2001, Samuel Viboud a développé des systèmes innovants de vélocimétrie par imagerie de particule permettant de mesurer avec une grande précision la vitesse des écoulements en trois dimensions. Il a également mis en place un système informatisé pour le contrôle / commande des expériences et l’acquisition de données qui améliore grandement la fiabilité et la qualité des mesures. C’est aussi lui qui a pris en charge la reconstruction de la plateforme sur un nouveau site. Doté de performances améliorées, ce nouvel instrument a été mis en route avec succès en 2014. De fait, le rayonnement international de la plateforme Coriolis doit beaucoup à son haut niveau de technicité. Depuis 2015, Samuel Viboud est le responsable du service mécanique du LEGI.

Félicitations !

@consulter : Coriolis décrypte les courants océaniques et atmosphériques
 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 12 novembre 2015

Univ. Grenoble Alpes