Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Séance inaugurale du RESCIF les 14 et 15 avril 2011 à Lausanne

Publié le 27 mai 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

A l’invitation du président de l’EPFL, Patrick Aebischer, les 14 chefs d’établissement du RESCIF (Réseau d’excellence des sciences de l’ingénieur de la Francophonie) se sont réunis les 14 et 15 avril 2011 à Lausanne six mois après le sommet de la francophonie à Montreux pour lancer les premières actions.

RESCIFRESCIF passe à l'action
Entre le sommet de la francophonie le 15 octobre 2010 et cette rencontre, plusieurs visites exploratoires des établissements du nord vers les universités du sud ont permis d'identifier les attentes de chacun et les réelles disponibilités à participer au Réseau. Durant ces 2 jours d'avril, le bilan de ces visites a été présenté et commenté. Il en ressort plusieurs projets dont une école d'été et la mise en place de laboratoires conjoints sur les thématiques de RESCIF.

Grenoble INP et RESCIF
Dans ce réseau, Grenoble INP parraine deux établissements « Institut polytechnique d'Ho Chi Minh Ville » au Vietnam et le 2IE (Institut international d'ingénierie en Eau et Environnement) à Ouagadougou au Burkina Faso.

Après la visite, en mars 2011, à l'Institut Polytechnique d'Ho Chi Minh Ville, Jean-Luc Koning, vice-président des relations internationales, rappelle que « le projet de laboratoires communs (joint lab) RESCIF sur la thématique ingénierie et gestion de l'eau » s'inscrit comme une action phare sélectionnée par le Réseau. Ce projet de création d'un laboratoire conjoint implanté à Ho-Chi-Minh-Ville consiste à développer la recherche dans une thématique prioritaire pour le Vietnam (ingénierie et gestion de la ressource en eau). Ce pays, avec lequel Grenoble INP a su tisser des liens privilégiés, devra relever un certain nombre de défis dans l'utilisation des ressources naturelles et la qualité de l'environnement notamment.

Dans le contexte du changement climatique, le Vietnam doit faire face à la question de l'eau. La pénurie d'eau est un effet secondaire important du changement climatique, qui succède au premier effet de l'inondation et de l'intrusion de l'eau de mer dans les aquifères et les rivières. Si le niveau de la mer augmente d'un mètre au Vietnam, cela concerne 20 millions de personnes.
A ces problématiques centrales, Grenoble INP et ses composantes pourront, en lien avec leur partenaire IP d'Ho-Chi-Minh Ville, apporter leur expertise et élaborer des plans d'action capables de relever ces défis du 21e siècle. Une étude de faisabilité de ce projet de laboratoire est en cours.

RESCIF, c'est quoi, c'est qui ?
Créé en 2010 à l'occasion du 13e sommet des chefs d'Etat de la francophonie de Montreux, RESCIF (Réseau d'excellence des sciences de l'ingénieur de la Francophonie), a pour ambition d'être un acteur majeur en matière de développement de partenariats d'excellence, ciblés et durables, avec des instituts émergents de culture francophone. Trois thèmes ont été retenus comme prioritaires dont celui qui répond aux grands défis mondiaux (eau, nutrition et développement durable) et dans lequel Grenoble INP jouera un rôle prépondérant.
RESCIF, qui réunit aujourd'hui 14 universités de 11 pays développés et émergents, a pour principal objectif de faire de la culture francophone un vecteur d'innovation technologique dans la compétition scientifique internationale.
La constitution de ce groupe d'établissements technologiques a pour mission de promouvoir des programmes scientifiques communs et de développer des projets de recherche utiles pour les pays du « Sud ».

Les meilleures universités technologiques francophones sont engagées dans RESCIF
Initiée par l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), RESCIF réunit cinq universités technologiques francophones de pays développés - Paristech (France), l'Université catholique de Louvain (Belgique), l'Ecole polytechnique de Montréal (Canada), l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (France) et Grenoble INP - et huit universités francophones de pays émergents parmi les plus reconnues sur la place scientifique mondiale : Université Saint-Joseph de Beyrouth, Ecole Supérieure polytechnique de Dakar, l'Institut polytechnique d'Ho-Chi-Minh-Ville, l'Institut international d'ingénierie en Eau et Environnement 2IE de Ouagadougou, l'université d'Etat de Haïti de Port au Prince, l'Ecole Mohammadia d'ingénieurs de Rabat, l'Ecole Nationale Supérieure polytechnique de Yaoundé.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 25 mai 2011

Univ. Grenoble Alpes