Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Mireille Jacomino est élue à la vice-présidence du CEVU de Grenoble INP

Publié le 19 mars 2012
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Élections - nominations

Réunis le jeudi 15 mars 2012, les membres du CEVU ont élu Mireille Jacomino VP du conseil avec 18 voix pour, 2 contre et 9 votes blancs. Mireille Jacomino a pris ses fonctions immédiatement, succédant à Christian Schaeffer.

Qui est Mireille Jacomino ?
Mireille JacominoDiplômée de l'Ense3 (ex-ENSIEG) en 1983, Mireille Jacomino a obtenu son doctorat puis son habilitation à diriger des recherches en 1996 au Laboratoire d'Automatique de Grenoble. Très vite, elle prend des responsabilités variées dans le domaine de la formation : organisation et développement des enseignements de l'ENSIEG, qui se déroulaient sur les plateformes technologiques de l'AIP-PRIMECA, puis responsabilité d'une spécialité de 3ème année et d'une filière d'enseignement.
De 2002 à 2006, Mireille Jacomino est directrice des études et directrice adjointe de l'ENSIEG. Durant cette période, elle crée la filière pluridisciplinaire « Systèmes Energétiques et Marchés » en commun avec trois autres écoles et l'INSTN du CEA. Elle participe également à la définition de la plateforme technologique PREDIS, centre de formation, de recherche et d'innovation sur l'énergie.
De 2006 à 2008, elle est chargée de mission pour la création de l'école Ense3. « J'ai travaillé avec la centaine d'enseignants de l'école pour définir la nouvelle maquette pédagogique qui contient un tronc commun et 8 filières. J'ai mis en place l'organisation administrative de l'école. J'ai rédigé le dossier CTI pour l'obtention du diplôme de l'école. » Depuis, elle s'est consacrée à ses missions d'enseignant chercheur en automatique à Ense3 et au laboratoire G-SCOP.


En tant que VP CEVU, quelles seront vos missions et ambitions ?
« En plus de l'animation du CEVU, ma principale mission sera la responsabilité de toutes les actions de l'établissement qui impactent la vie des étudiants, depuis leur recrutement jusqu'à leur insertion professionnelle, en passant bien entendu par leur formation. Ce travail sera réalisé en étroite collaboration avec les directeurs d'école et de la Prépa et les directeurs des études, qui sont les responsables des structures de formation.
L'excellence de notre formation doit préparer nos étudiants à être des cadres, des ingénieurs et des docteurs innovants, responsables mais aussi ouverts sur le monde et sur la société. Cette ouverture sur le monde passe par une grande capacité à créer des synergies, à valoriser tous les talents et à s'enrichir de la diversité. A cet égard, je souhaite favoriser toutes les initiatives mixant les cultures, les origines et les compétences pour donner à nos diplômés une réelle capacité à évoluer dans un environnement multiculturel. Concernant l'égalité des chances, de nombreuses actions ont été engagées par l'équipe précédente. Nous devons maintenant capitaliser sur ce qui existe, notamment travailler à rendre ces actions plus visibles, les soutenir, les rassembler, les coordonner et les valoriser avec l'aide de chargés de mission travaillant spécialement sur ces dossiers. Il s'agit d'augmenter la richesse de notre recrutement en le diversifiant tout en garantissant sa qualité par la mise en place d'un observatoire du recrutement.
L'ouverture sur le monde m'amène à parler de l'international qui est l'une des deux priorités énoncées par Brigitte Plateau pour son mandat. Nous devons dans un premier temps améliorer la qualité d'accueil des étudiants étrangers en développant notre offre pédagogique de masters internationaux, en facilitant  la pratique de l'anglais dans les cours et en travaillant conjointement avec mes collègues du site pour améliorer les conditions de séjour de ces étudiants. Dans un second temps, il faut favoriser et faciliter la mobilité internationale des étudiants pour identifier les leviers de mobilité qui nous permettront d'offrir à tous nos étudiants une expérience internationale reconnue.
Enfin, je souhaite mieux valoriser le diplôme d'ingénieur docteur en travaillant en collaboration étroite avec le vice-président recherche sur la formation par la recherche. »
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 19 mars 2012

Univ. Grenoble Alpes