Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Les sportifs de haut niveau ont signé leur contrat

Publié le 6 janvier 2009
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué

La vice-présidente du CA Nadine Guillemot, représentant Paul Jacquet, administrateur général, a accueilli, jeudi 18 décembre 2008 en salle des conseils d’Ense3, les sportifs de haut niveau venus signer leur contrat pour l’année universitaire 2008-2009.

Christian Crépin, directeur de Grenoble INP - Sports, a annoncé que le service des sports commence à récolter les fruits de ses efforts. En effet, dans le A Savoir n°73, un article était consacré à Vincent del Medico, qui a remporté le prix du concours de création d'entreprise de l'association Grenoble INP Alumni. Les sportifs de haut niveau ont signé leur contratChristian Crépin rappelle avec plaisir que cet ingénieur qui rencontre aujourd'hui le succès, était parmi les premiers bénéficiaires du statut de sportif de haut-niveau, lorsqu'il pratiquait le Hockey sur glace, avec notamment les Brûleurs de Loups grenoblois.

Michel Candy, responsable des SHN pour le service des sports, a ensuite fait un rappel sur les conditions d'accession au statut de SHN, et sur le recrutement drastique des athlètes.
Ils sont au nombre 38, comme l'année dernière, dont 10 jeunes filles. 22 activités sportives sont représentées.

Un bilan 2007-2008 positif

Les sportifs de haut niveau ont signé leur contratIl est à noter qu'aucun échec n'est à déplorer parmi les SHN du CPP l'an dernier. Ce qui est remarquable compte tenu de la difficulté des études et de la sélection opérée lors de ces années.
Selon l'enquête du service des sports, les ingénieurs qui ont bénéficié du statut SHN et qui sont aujourd'hui diplômés ont tous trouvé un travail, pour la plupart au sein d'une grande société, en France comme à l'étranger.

Avant d'inviter les élèves-ingénieurs à signer leur contrat, il a tenu à remercier tous ceux qui s'investissent tout au long de l'année pour que les jeunes sportifs puissent s'entraîner, suivre leur cursus d'élève-ingénieur, et représenter fièrement Grenoble INP lors des championnats de France universitaires de leurs sports.

----------------------------------

Des skieurs, des baketteurs, des judokas... et une arbitre !

[legende-image]1222864648549[/legende-image]Charlotte Paquet est escrimeuse, mais ce ne sont pas ses talents arme au poing qui lui ont permis d'obtenir le statut SHN. Charlotte est arbitre de fleuret. Elle est même la meilleure jeune arbitre de la saison 2007, récompensée par le trophée AFCAM. Pas mal pour la seule femme arbitre en France en fleuret !

Pour Charlotte, l'arbitrage est une passion... prenante. et elle ne compte pas les kilomètres. Licenciée au club d'Issy les Moulineaux, elle suit ses études en alternance à Pagora, où elle enchaîne un mois en formation à Grenoble, et un mois en travail dans son entreprise (IPS imprimerie) à Fouilloy en Picardie. "J'arbitre dans toute la France, et les déplacements sont toujours longs. Il faut partir le vendredi et rentrer le lundi, car les compétitions durent tout le week-end. Sans parler des déplacements à l'étranger, car en plus du championnat de France 1ère division, j'arbitre également la coupe du monde cadet. Grâce au statut SHN, je compense et justifie facilement facilement ces absences. Mais j'ai aussi la chance d'avoir un responsable compréhensif. Il a lui-même été sportif de haut-niveau !"

-------------------------------

1ère année au CPP et pilier au FCG

[legende-image]1222864648550[/legende-image]Theo Ekenov n'est pas qu'un solide gaillard : il a de l'or dans les mains et la tête bien pleine. Ce grenoblois est pilier dans l'équipe des moins de 19 ans du centre de formation du FC Grenoble, le club de rugby de la capitale des Alpes, mais il est aussi étudiant en 1ère année au CPP, le Cycle Commun Polytechnique.

Théo, qu'est-ce qui vous a décidé à tenter l'entrée au CPP ?

J'étais au lycée international d'Europole. Ma professeur principale m'a poussé à passer le concours. Et je ne regrette pas ! Les résultats suivent, mais le fait d'avoir mes après-midi de libre et faire mon cursus au CPP en trois ans au lieu de deux, me donne un confort pour étudier que je ne pourrais pas avoir autrement.

A quoi ressemble une journée type pour vous ?

J'ai cours au CPP de 8h à 12h. Le temps ensuite de rejoindre le centre de formation et je suis prêt pour la séance de musculation de 14h à 16h. Je me repose un peu et je poursuis par un entrainement collectif de 18h30 à 21h. Et si j'ai des cours l'après-midi, je décale un entrainement.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Si j'ai la chance de vivre de pouvoir vivre de ma passion, je n'hésiterais pas. C'est mon rêve. Mais mon projet à court terme, c'est d'entrer dans une école d'ingénieur de Grenoble INP. Je sais que je peux concilier les deux !


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 6 janvier 2009

Univ. Grenoble Alpes