Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

La première édition de la journée Femme ingénieurE : des échanges très riches entre représentants d’entreprises, enseignants et étudiants

Publié le 11 mars 2013
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué

Ce sont environ 150 femmes, mais aussi plusieurs hommes, qui se sont donnés rendez-vous à l'amphi Vaujany à Pluriel, pour participer à la journée Femme ingénieurE organisée par Grenoble INP.

Pour introduire cette première journée dédiée aux métiers d'ingénieures, Brigitte Plateau, administrateur général de Grenoble INP, c'est adressée à l'assemblée : "Je dois vous dire que je suis particulièrement heureuse qu'un cycle de tables rondes autour de la femme Ingénieure soit organisé par Grenoble INP en cette veille de la journée internationale de la femme. Parce que, comme vous, j'ai personnellement fait l'expérience de l'enjeu que constitue le déroulement d'un parcours professionnel qu'on choisit et qu'on construit. Parce que l'effort pour un plus juste équilibre des parcours entre les femmes et les hommes est inscrit dans les priorités de notre établissement, et porté par une chargée de mission équité « femmes hommes » : Isabelle Schanen. Parce que les relations privilégiées qui nous unissent à nos partenaires industriels constituent à la fois une opportunité et une obligation d'œuvrer à ce juste équilibre. Enfin, parce qu'il ne s'agit pas d'une cause défendue par quelques-unes, mais d'un enjeu de société, pour lequel le chemin parcouru doit se mesurer à l'égard de celui qui reste à parcourir. "

Jean-Marc Dedulle, Chargé des Relations Entreprises à Grenoble INP - Phelma, a ensuite ouvert la conférence plénière. "Cette journée est une vraie réussite ! En l'organisant, nous nous sommes rendus compte que les entreprises ont un réel intérêt pour cette thématique. A un point que devant le nombre d'entreprises inscrites pour participer à cette manifestation, nous avons du restreindre le nombre d'inscriptions".
Claire Schlenker, Membre des Conseils d'Administration de « l'Association pour la Parité dans les Métiers Scientifiques et Techniques » et de l'association « Femmes et sciences », ex-directrice de l'ENSPG, et Marie-Claude Ponchon, Administratrice de Grenoble INP - Alumni en charge du groupe Au féminin et diplômée de l'ENSIEG en 1979, ont ensuite animé la conférence en proposant à l'assemblée un bref historique des femmes dans les écoles d'ingénieurs en France, de leurs parcours et des enjeux.

Tables rondes
Quatre tables rondes, composées pour chacune de 7 participantes, ont suivi ces interventions.

S'insérer dans la vie professionnelle : animée par Frédéric Munoz
Dans toutes ces phases de l'insertion, de la recherche d'emploi, en passant par le recrutement, l'intégration et la prise de poste quels sont les atouts des jeunes femmes ingénieurs ? Existe-t-il des freins ou des choses qu'il vaut mieux anticiper ? L'insertion est-elle différente pour des jeunes hommes ingénieurs ? Bref, l'insertion, ça se passe comment ... ?
Les échanges entre participants ont montré que l'essentiel est de rester soi-même et ne pas jouer un rôle ou un visage que l'on souhaite donner. Il faut faire des choix et se donner des priorités.
 
Accéder aux postes à responsabilité : animée par Bernard Pineaux
De nombreuses questions pour cette table ronde L'identité sexuée dans le monde du travail - vers une évolution des attitudes et des mentalités ?
Dans quelles mesures les femmes ne s'autorisent pas elles-mêmes à se projeter dans des fonctions à responsabilités ? Raison : éducation, culture... ?
Quelles sont la place, le rôle et les responsabilités de l'école face au manque de mixité dans les postes de direction?
Quels sont les leviers des entreprises pour promouvoir l'intégration des femmes à des postes à responsabilités ?
Là encore, les intervenants ont montré l'importance des priorités que se donnent les femmes, ne pas vouloir tout faire en même temps. Les responsabilités arrivent quand les femmes sont prêtes à les assumer. Autres points souvent oubliés par les femmes qui sont des leviers de la vie professionnelle : participer à des réseaux et penser qu'« Il ne suffit pas de faire mais de le faire savoir ».
Quant aux quotas imposés aux entreprises, nous reprendrons la phrase d'une député européenne «  je n'aime pas les quotas mais les effets qu'ils produisent ! »

Travailler à l'international : animée par Jeanne Duvallet
A la question est-il possible d'envisager son évolution professionnelle à l'étranger quand on est une femme ?  Les participantes à la table ronde ont répondu bien sûr que oui ! Et pour cela, il faut asseoir sa crédibilité professionnelle,  jouer sur sa compétence et établir un premier contact qui fait la différence.
Mais aussi, respecter les codes locaux et savoir dépasser les a priori locaux (hiérarchie et compétence implicites de sexe et d'âge). Il faut aussi «  faire savoir » à sa hiérarchie que l'on est prête à partir à l'international.
Une participante a montré que le travail à l'international, ce n'est pas forcément partir à l'autre bout du monde. Même en Allemagne, pays si proche de nous, les codes sociaux peuvent être très différents pour une femme ingénieure.

Concilier vie professionnelle et vie privée : animée par Isabelle Schanen
Nécessité d'équilibre vie professionnelle - vie privée : Pourquoi ? Pourquoi est-ce un sujet d'abord abordée par et pour les femmes ? Quels moyens d'action personnels peut-on mettre en œuvre, pour se réaliser tant sur un point de vue professionnel que personnel ?
Les réponses sont souvent apportées par l'entreprise mettant en place des solutions pour permettre la parité. Mais, il est souvent nécessaire de chercher soi-même des solutions et se donner à un moment donné des priorités.
Sur cette thématique, sont souvent évoqués les problèmes rencontrés par les mères de famille. Aussi une diplômée de l'Ensimag, célibataire a montré aussi l'importance de cet équilibre pour une jeune femme. Il faut savoir placer le cadre de sa vie professionnelle.

Enfin, la Fondation partenariale de Grenoble INP a remis son prix « Féminisation des Filières de l'Ingénieur », récompensant ainsi deux projets : un film autour de la fille et des sciences, proposé par Fanny Poinsotte, en tant qu'enseignante à Grenoble INP - Phelma, et le projet d'amélioration sur la communication du lycée jusqu'en école pour inciter les filles à suivre des études d'ingénieur, soumis par Déborah Cornet, Marie Fischbach et Marielle Niermont, étudiantes à Grenoble INP - Génie industriel.

La journée s'est terminée autour d'un cocktail, pour poursuivre les échanges et célébrer les femmes ingénieures.

Plusieurs étudiantes ont salué le contenu des tables rondes alors qu'elles hésitaient à venir au départ. Les ingénieures étaient heureuses d'échanger sur ce thème.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 11 mars 2013

Univ. Grenoble Alpes