Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités > Nos élèves ont du talent

Jordan : de Grenoble INP – Phelma aux JO !

Publié le 14 mars 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Jordan Broisin est ingénieur diplômé de Grenoble INP – Phelma. Il a effectué son diplôme en double cursus à l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) où il a poursuivi avec un Master MAE.

Jordan Broisin- JO Paralympiques-vignette.jpg

Jordan Broisin- JO Paralympiques-vignette.jpg

En plus de ses doubles compétences d’ingénieur manager, il est membre de l’équipe de France handisport en ski alpin, avec laquelle il a participé aux Jeux Paralympiques en Corée du Sud en mars 2018. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur ce parcours impressionnant.

Peux-tu nous évoquer ton parcours sportif depuis ta sortie de l’école ?

J’ai rejoint l’équipe de France espoir dès la saison 2014-2015 et ai intégré l’équipe la saison suivante. Je m’entraine donc principalement au sein de la structure, nous faisons des stages à Tignes/Val d’Isère. Je suis également rattaché au Ski Club Aillons-Margeriaz, ce qui complète mon entrainement et me permet de pousser encore mon niveau en partageant et me confrontant à des skieurs « valides ».

La saison 2018-2019 a bien commencé pour moi. Dés le début, les courses se sont bien passées et j’ai encore bien progressé : j’ai réussi à me hisser dans le top 8 mondial ! Ce qui veut dire que j’ai encore progressé depuis les Jeux paralympiques de PyeongChang où je m’étais classé 13e.


Quels sont tes sentiments sur cette aventure ?

J’ai été impressionné par la place que prennent les médias dans cette compétition. Une fois sur place je me suis même dit « en fait c’est une coupe du monde avec juste plus de monde autour (rires) ». Mais il est vrai que les interviews, les plateaux télé, tout ça vous sort de vos habitudes !

Ce qui était super dans cette aventure, c’est qu’il y avait les médias mais aussi beaucoup de supporters. Ma famille et mes amis étaient présents, je trouvais ça « dingue » qu’ils se déplacent à l’autre bout du monde pour moi : c’est un de mes meilleurs souvenirs.

 
Jordan Broisin
©Crédits photo :
Luc Percival Photography

Quels sont tes objectifs au niveau sportif aujourd’hui ?

Mon prochain gros objectif, ce sont les Jeux de Pékin dans 3 ans avec, cette fois, l’idée de ramener une médaille paralympique. J’ai donc encore 3 années pour être au top niveau mondial. La sélection aura lieu au dernier moment, comme pour les Jeux de 2018, cela maintient le suspense. Il ne faut rien lâcher et éviter les blessures jusqu'au bout.

Pour moi, il suffit d’y croire. Je me suis attaché à cela lors de ma dernière participation en 2018 : j’ai fait ce qu’il fallait et j’étais content d’y arriver. Je pense que la satisfaction est deux fois plus grande lorsque l’on sait que l’on a tout pour atteindre l’objectif que l’on s’est fixé.

Cette saison il y a les coupes du monde entre le 9 et le 21 mars : mon but est de rester dans les 8 premiers, ce qui veut dire que le podium est à portée de main. Après, mes objectifs seront plutôt professionnels à partir du mois d’avril.


Et justement : au niveau professionnel, depuis ta sortie de l’école ?

Lorsque j’étais en recherche d’emploi à la fin de mon master en 2017, je me suis rendu compte que ma double formation m’a apporté des compétences qui sont complémentaires et particulièrement recherchées des entreprises.

Après j’ai eu l’opportunité d’être embauché par la mutuelle Apicil, qui fait partie de mes sponsors, sur un poste de contrôleur de gestion. Ce poste m’a fait sortir un peu du domaine de l’ingénierie mais mes compétences en mathématiques et informatique ont tout de même été très sollicitées.

Comme mon employeur était également mon sponsor, mon poste a été adapté et j’ai été détaché à mi-temps la moitié de l’année afin de poursuivre le ski et les entrainements. Cependant, le fait que ce soit à Lyon m’amenait à faire beaucoup d’aller-retours vers la Savoie où je m’entraine. Je quitte donc ce poste fin mars et vais commencer, début avril, une nouvelle mission chez Point P à Chambéry.

Finalement, mes postes ne sont pas tant rattachés à mon profil d’ingénieur, même si ce diplôme joue beaucoup dans la balance pour les recruteurs. La double compétence d’ingénieur manager me donne un profil complet, intéressant pour les entreprises. Le fait que j’ai fait une Prépa les rassure sur ma capacité à appréhender des choses nouvelles et le profil d’ingénieur est synonyme de capacité de réflexion, de travail et de gestion de projet.


 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 18 mars 2019

Univ. Grenoble Alpes