Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Présidence

Jeanne Duvallet, chargée de mission "l'interculturalité dans less formations"

Mis à jour le 15 septembre 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

A la croisée des missions 'Internationales' et 'Formation', cette mission est co-pilotée par Didier Bouvard, VP Recherche, et Mireille Jacomino, VP Formation. Ils travaillent en lien avec le service Relations Internationales, dirigé par Bénédicte Corvaisier, et le réseau des laboratoires et écoles, ainsi que le service scolarité dirigé par Françoise Roul, et une commission pédagogique, les écoles, la Prépa, le DET, la formation continue, le collège doctoral.

Parcours
Jeanne Duvallet, Directrice de Grenoble INP - Génie industrielNormalienne et agrégée de mathématiques, Jeanne Duvallet débute sa carrière comme maître de conférences à l'Université de Pau et des pays de l'Adour pendant 10 ans. En 1993, elle intègre ce qui est encore l'ENSGI où elle devient successivement directrice des études, responsable des relations internationales, puis chargée de mission pour la mise en place de la nouvelle école Grenoble INP - Génie industriel, dont elle prend la direction en 2008.
Jeanne Duvallet est aujourd'hui chargée de mission "Interculturalité dans les formations" pour les missions Formation et Relations Internationales.

Préparer les futurs ingénieurs à un environnement de travail international
"Depuis mon arrivée à Grenoble INP, j'ai toujours été très impliquée dans la promotion des relations internationales. Dans cette mission, je contribue à développer l'interculturalité dans nos écoles et donner ainsi à tous nos étudiants l'occasion d'apprendre à travailler dans un contexte international et pluriculturel.
Face à la mondialisation, les entreprises ont besoin d'ingénieurs capables d'exercer dans un environnement professionnel multiculturel et planétaire. Nos diplômés doivent donc acquérir des compétences interculturelles durant leur formation. Je crois que ces compétences se développent par les expériences à l'étranger mais aussi par le travail ici, dans leur école, avec les étudiants internationaux.  
Il faut inciter nos élèves ingénieurs, dans la mesure du possible, à séjourner à l'étranger au moins une fois durant leur cursus. Or, je pense que l'on ne peut faire de la mobilité sortante que si on est capable d'accueillir correctement les étudiants étrangers dans nos filières. Avec un double effet positif : on renforce la confiance de nos partenaires étrangers dans notre offre de formation, et on augmente la motivation de nos élèves ingénieurs pour partir. On développe ainsi une dynamique gagnante.

La définition des actions à mettre en place, qui ont un impact sur l'offre de formation, se fait en interaction avec la Vice-présidente CEVU. Nous nous appuyons sur les bonnes pratiques développées dans les écoles, sur les recueils de besoins déjà réalisés et sur les outils développés par l'équipe Perform.
A Grenoble INP, nous avons tous les atouts pour être performants à l'international : des équipes motivées aussi bien dans les écoles que dans les services centraux, un réseau de partenaires étoffé et de bon niveau, une situation attractive et un contexte scientifique reconnu. A nous de valoriser ensemble ce capital exceptionnel pour une meilleure formation de nos élèves."
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 15 septembre 2015

Univ. Grenoble Alpes