Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Frédéric Maillard lauréat du Prix d'électrochimie appliquée de l'ISE

Publié le 23 septembre 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Prix et distinctions

A Niigata (Japon), lors du 62ème congrès de l'ISE (Société internationale d'électrochimie) qui s'est tenu du 11 au 16 septembre dernier, les prix des lauréats 2011 ont été remis.

Frédéric Maillard (CNRS/LEPMI) est lauréat du Prix d'électrochimie appliquée de l'ISE 2011, qui est attribué tous les ans à un scientifique de moins de 35 ans pour une contribution importante dans le domaine. Il est ainsi récompensé pour ses travaux sur les matériaux nanostructurés appliqués aux générateurs électrochimiques, comme les piles à combustible à électrolyte polymère (PEFC).

Marian Chatenet et Frédéric Maillard à l'honneur lors de la remise des prix de l'ISE au Japon
Marian Chatenet et Marc Orazem (Président de l'ISE)Pour la deuxième année consécutive, un chercheur du LEPMI est récompensé par l'ISE.
En 2010 Marian Chatenet avait lui aussi reçu le prestigieux prix pour ses recherches sur la durabilité des piles à combustible. A l'occasion de l'annonce du prix de Frédéric Maillard, Marian Chatenet a pu recevoir son diplôme attestant son prix "Oronzio and Niccolò De Nora Foundation Prize of ISE on Applied Electrochemistry" 2010.
Cette année, à Niigata, Marian Chatenet a pu présenter les résultats les plus marquants obtenus sur son domaine de recherche, ainsi que sur l'électrocatalyse en milieu alcalin.

Marian Chatenet, récompensé pour ses travaux sur la durabilité des piles à combustible.
Marian ChatenetChercheur au LEPMI, maître de conférence et enseignant à Grenoble INP - Ense3 et Grenoble INP - Phelma, Marian Chatenet est le responsable scientifique des projets ANR "CARBOCELL" ET A2I "H2E".
Ses travaux sur les piles à combustibles ont été récompensés en 2010 par le prix de l'ISE. "Financée depuis 2004 et jusqu'en 2015, notre mission consiste à aider l'industriel à fiabiliser ses produits et à en améliorer la durée de vie. Fait rarissime, nous bénéficions pour cela d'objets industriels à différents stades de vieillissement, directement fournis par Axane. Nous sommes très peu nombreux à avoir accès à de tels objets à l'état de l'art : la plupart du temps, les chercheurs travaillent sur des objets élaborés et vieillis en laboratoire, pas forcément représentatifs des dégradations obtenues « sur site »."


Frédéric Maillard, récompensé pour ses travaux sur les matériaux nanostructurés appliqués aux générateurs électrochimiques
Frédéric MaillardFrédéric Maillard est chargé de recherche CNRS au LEPMI (UMR 5279 CNRS/Grenoble INP/UJF/U. Savoie). Il a obtenu son doctorat en chimie physique, théorique et analytique à l'université de Poitiers (2002) et a effectué un post-doctorat à l'Université Technique de Munich de 2002 à 2004 dans l'équipe   « Interfaces et conversion de l'énergie » du Pr. Stimming. Il a également occupé un poste d'ingénieur en R & D à la SAFT à Poitiers durant 6 mois avant son recrutement au CNRS. Membre de plusieurs sociétés savantes, Frédéric Maillard est l'auteur de 38 publications dans des revues scientifiques internationales et de 4 chapitres d'ouvrages collectifs dont deux dans le Handbook of Fuel Cells.

Ses travaux de recherche sont centrés sur la relation structure - activité en électrocatalyse. Depuis dix ans, il combine avec succès des techniques physiques, chimiques et électrochimiques pour étudier l'effet de la taille, de la forme et de la composition chimique de nanomatériaux sur l'adsorption et l'activation électrochimique de molécules impliquées dans le fonctionnement des PEFC (hydrogène, oxygène, monoxyde de carbone, alcools primaires). Au-delà de l'intérêt fondamental de ces recherches, c'est dans des problématiques appliquées comme la durabilité des électrodes commerciales de PEFC qu'elles ont révélé leur importance. En effet, dans le cadre d'une collaboration avec Axane, une filiale grenobloise d'Air Liquide, Frédéric Maillard et ses collègues ; Marian Chatenet, Laetitia Dubau et Julien Durst ; ont contribué à établir les mécanismes de dégradation des électrocatalyseurs cathodiques utilisés dans les cathodes des PEFCs. Ils ont montré que les nanoparticules mono et bimétalliques subissent une corrosion électrochimique et un mûrissement d'Ostwald. Un résultat clé de leur travail a été l'observation de nanoparticules creuses lorsque les matériaux de cathode sont des alliages Pt3Co/C de taille nanométrique.

Plus connu sous le nom d'effet Kirkendall en métallurgie, ce phénomène a très rarement été mis en évidence à l'échelle nanométrique et a fait l'objet d'un article invité dans un numéro spécial d'Electrochimica Acta. C'est cette même équipe qui, quelques mois plus tôt, avait observé la formation d'une structure cœur-coquille sur ce système par diffraction des rayons X en rayonnement Synchrotron. Le support carboné à forte surface spécifique, utilisé pour disperser et stabiliser au mieux les catalyseurs nanostructurés, est lui aussi oxydé en dioxyde de carbone lors de certains modes de sollicitation de la pile, comme les périodes d'arrêt/démarrage ou le fonctionnement à basse densité de courant.

Ce Prix est perçu par Frédéric Maillard comme « un exemple frappant de la façon dont la science fondamentale peut contribuer à la recherche appliquée et au développement industriel ».

A lire aussi :

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 26 septembre 2011

Univ. Grenoble Alpes