Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Façonner l'imaginaire : de la création numérique 3D aux mondes virtuels animés *

Publié le 2 mars 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In
17 mars 2015
Grenoble INP - Ensimag  Amphi E – Domaine Universitaire de Grenoble

Nouvelle titulaire de la Chaire Informatique et sciences numériques au Collège de France, Marie-Paule Cani, professeure à Grenoble INP - Ensimag et responsable de l’équipe de recherche « Imagine » **, partagera sa vision de la révolution en marche pour la création 3D dans le cadre d’une conférence, accessible à tous, des particuliers aux scientifiques et aux professionnels d’autres disciplines.

On  assiste  à  un  véritable  engouement du  grand  public  pour  les  techniques  lui  permettant  de personnaliser son environnement virtuel ou physique par ses propres créations. La création 3D peut permettre de créer des objets qui seront plus tard imprimés ou fabriqués (lui donnant le pouvoir de matérialiser l’imaginaire !) et de concevoir des mondes virtuels avant de les explorer. De nombreux domaines (la mode, les accessoires…) sont très demandeurs de logiciels de personnalisation. L’informatique graphique joue un rôle particulier parmi les « technologies de l’image ».  Elle permet de créer des contenus numériques sous forme d’objets géométriques 3D, éventuellement bougeant et se déformant au cours du temps, puis de les rendre visibles en prenant des sortes de photographies de ces objets mathématiques. Une image de synthèse est produite en sortie, ces images pouvant être jouées en séquence pour montrer un contenu animé.

Prototypage virtuel, film d’animation, effets spéciaux
Les applications vont du prototypage virtuel (design de maquettes numériques d’objets en cours de conception), à la production des films d’animation 3D et des effets spéciaux, en passant par la création de mondes virtuels temps réels pour les jeux vidéos et pour les simulateurs d’apprentissage (aussi appelés « real games »). Les scientifiques d’autres domaines les utilisent pour exprimer leurs hypothèses, ou leurs résultats de calcul, de manière visuelle.
 

Selon Marie-Paule Cani « tout en répondant aux besoins du public, nous espérons que ces avancées permettront de généraliser encore plus et de faciliter l’usage de la simulation graphique dans les autres sciences et domaines industriels : les maquettes numériques y sont déjà indispensables, mais dans bien des cas, elles demandent d’avoir recours à des spécialistes d’un autres corps de métier pour les créer et les manipuler, comme c’est le cas, pour prendre un exemple, pour les recherches en géologie et en exploration pétrolière. Mettre la création et la simulation graphique dans la main de tous (via des tablettes permettant de dessiner et de manipuler simplement du contenu 3D, et de le mettre  en  mouvement) constituerait  une  véritable  révolution  des  méthodes  de  travail  dans  les domaines de l’ingénierie, du design et des sciences.

Par ailleurs, je tenais à souligner que l’informatique n’est pas un métier d’hommes, en tous cas, pas seulement! Je suis très attristée par la désaffection progressive des spécialisations dans ce domaine par les jeunes filles. On a assisté depuis vingt ans à la création d’un stéréotype moderne, qui conduit les jeunes filles à s’écarter de ce domaine scientifique passionnant, créateur d’emplois, et pour lequel on a un grand besoin de diversité. »

 
Marie-Paule Cani
Ancienne  élève  de  l’École  normale  supérieure,  elle  est  titulaire  d’une  thèse  de  doctorat  de l’université Paris XI. Professeur à Grenoble INP - Ensimag depuis 1997 et responsable de l’équipe de recherche « Imagine » d’Inria, elle a reçu notamment  le titre d’Eurographics Fellow en 2005 puis Le prix Irène Joliot-Curie du mentorat en 2007 pour ses actions en faveur des femmes scientifiques et a été élue membre de l’Academia Europaea en 2013.
Ses activités de recherche portent sur la synthèse de mondes virtuels animés, ce qui l'a conduite à développer des méthodes de modélisation géométrique et d'animation.

La chaire annuelle « Informatique et sciences numériques » du Collège de France

La chaire annuelle « Informatique et sciences numériques » a été créée en 2009, par le Collège de France en partenariat avec Inria. Elle accueille chaque année un nouveau titulaire, spécialiste reconnu d’un domaine (langages de programmation, sécurité et analyse de protocole, robotique, …). « Cette chaire annuelle marque une volonté commune de faire valoir l’importance de la discipline scientifique et la nécessité de lui octroyer une place pleine et entière.

* Leçon inaugurale donnée le 15 février au Collège de France
** L’équipe de recherche Imagine est une équipe commune à Inria et au laboratoire Jean Kuntzman  (CNRS et Université Grenoble Alpes).

 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 6 mars 2015

Univ. Grenoble Alpes