Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Des chercheurs de Grenoble INP mettent des alliages en apesanteur

Publié le 4 mai 2010
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Le 26 mars 2010 décollait la fusée de recherche MAXUS 8 du centre spatial de Kiruna en Suède. Ce vol a donné lieu à une expérience en biologie gravitationnel et trois expériences en sciences des matériaux.

La fusée Maxus 8Parmi celles-ci, une équipe, coordonnée par Yves Fautrelle, professeur à Grenoble INP, pour le compte de l'Agence Spatiale Européenne, a pu étudier avec le comportement de fusion et de solidification des alliages de titane et d'aluminium.

MAXUS 8 est une fusée de quinze mètres de long capable de transporter jusqu'à 800 kilogrammes à une altitude de 750 kilomètres. Des modules autonomes ont aménagés à l'intérieur de la fusée. Pendant environ 13 minutes, ces modules sont soumis à l'état d'apesanteur.
Les données sont obtenues soit par télémétrie pendant le vol ou après récupération de la charge utile. Les scientifiques peuvent contrôler directement les expériences car ils sont actionnés par des moyens de télécommande et de flux vidéo.

Fusion et de solidification des alliages de titane et d'aluminium

Décollage de la fusée Maxus 8Le but de cette expérience était de répondre aux questions suivantes : Comment la gravité affecte-t-elle le comportement des alliages lorsqu'il passe de l'état liquide à solide ? Et comment ceci crée la structure qui apparaît au cours de ce processus de solidification ?

En variant les températures (avec un maximum de 1700°C), l'équipe scientifique a pu étudier d'autres phénomènes comme la transition structurelle, la séparation des éléments d'alliages et les effets causés par l'ajout de petites particules nucléaires.

Les résultats de cette expérience, menée par Grenoble INP en collaboration avec des chercheurs d'Aachen en Allemagne, de Dublin en Irlande, de Louvain en Belgique et de Moscou en Russie, seront comparés avec des expériences au sol, pour améliorer la précision de la modélisation informatique des techniques de moulage pour les industriels.

Pour en savoir plus sur les travaux :
http://www.dlr.de/en/desktopdefault...
http://www.ssc.se/?id=16052

Contact :
Yves Fautrelle

Le module de solidification extrait apres recuperation




A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 4 mai 2010

Univ. Grenoble Alpes