Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Charles Elachi, directeur de Jet Propulsion Lab à la Nasa

Publié le 20 septembre 2012
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In
Communiqué

Charles Elachi, directeur du Jet Propulsion Lab de la NASA, et ancien de Grenoble INP (IRG 68), est actuellement en charge du projet Mars Curiosity. Ce robot, qui s'est posé sur Mars en août dernier, doit vérifier s’il y a des traces de vie sur cette planète et analyser comment elle a évolué, afin de mieux comprendre les modifications du système solaire et de la Terre. Interview au cœur de la galaxie



Quel parcours vous a mené de Grenoble INP à la NASA ?

Lorsque j'étais étudiant à l'Institut Polytechnique de Grenoble (je suis de la promotion 1968), je m'intéressais aux ondes électromagnétiques, aux radars et aux antennes. Sur les conseils du Professeur Benoit, j'ai décidé d'aller faire ma thèse à Cal Tech (l'Institut de technologie de Californie), l'une des meilleures universités de recherche aux États-Unis.

En arrivant à Cal Tech, j'ai découvert que le JPL (Jet Propulsion Laboratory), principal centre d'exploration planétaire de la NASA, était étroitement lié à cette université, puisque Cal Tech gère le JPL pour la NASA, et que tous les employés du JPL font partie de la faculté de Cal Tech ou de son personnel). Après l'obtention de mon doctorat, j'ai rejoint le JPL pour y poursuivre mes recherches sur la télédétection planétaire et terrestre à l'aide de radars à synthèse d'ouverture. J'ai été PI (chercheur principal) sur de nombreuses missions terrestres et planétaires (consacrées à Vénus et Titan), et en 2001 je suis devenu directeur de ce laboratoire de 5 000 personnes.

Pour diriger le premier laboratoire spatial aux États-Unis, il faut être à la fois compétent sur le plan technique, avoir de l'audace, être optimiste et garder son calme, parce que c'est comme ça qu'on repousse les limites de la technologie et qu'on résout les problèmes dans un environnement sous très haute pression.

Mars Curiosity est une aventure scientifique, technique et humaine. Quels sont les défis associés à cette mission ?
Mars Curiosity est la mission robotique la plus exigeante jamais mise en œuvre par une nation spatiale. Nous avons posé sur Mars un robot mobile de la taille d'une voiture, pour qu'il procède à une analyse chimique détaillée de la surface martienne et détermine si la planète a un jour été habitable.

Après un voyage de neuf mois, Curiosity est entré dans l'atmosphère de Mars à une vitesse de 20 000 km/h, avec une énergie équivalente à celle de 18 000 voitures de course lancées à pleine vitesse. En sept minutes, que nous appelions les « sept minutes de terreur », nous devions le ralentir et le poser en douceur à la surface. Une telle prouesse implique un très grand nombre d'outils (bouclier thermique, parachute, rétrofusées, capsule servant de grue aérienne, etc.), des centaines de dispositifs pyrotechniques et des centaines de milliers de lignes de code, qui tous doivent marcher PARFAITEMENT. Une erreur et Curiosity se serait détruit.

Curiosity est une étape déterminante dans notre compréhension de l'évolution de Mars et du système solaire. C'est une merveille technologique associant ordinateurs, systèmes électroniques, mécaniques, etc. et surtout les efforts insensés de centaines d'ingénieurs, de chercheurs et de techniciens qui ont travaillé pendant dix ans pour réussir l'une des missions les plus audacieuses de l'exploration spatiale.



Quels conseils donneriez-vous à un étudiant en 2012 ?

Aux étudiants de Grenoble INP de 2012, j'ai envie de dire que j'ai reçu à Grenoble une formation magnifique, qui m'a préparé à travailler sur des problèmes d'ingénierie parmi les plus exigeants. Alors que notre société continue d'être toujours plus dépendante de la technologie, il ne faut jamais hésiter à repousser les limites de celle-ci. Essayer de faire l'impossible, même si on peut échouer, parce que la réussite et la découverte sont plus gratifiantes que n'importe quoi d'autre dans la vie professionnelle.

Propos recueillis par l'association Grenoble INP Alumni

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 24 septembre 2012

Univ. Grenoble Alpes