Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

Catherine Picart nominée au sein de 26ème promotion de l’Institut Universitaire de France

Publié le 12 mai 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Élections - nominations

Catherine Picart, professeur à Grenoble INP – Phelma et chercheuse au laboratoire des matériaux et du génie physique (LMGP) en ingénierie tissulaire et biophysique cellulaire, a été nominé, au terme d'une sélection rigoureuse, membre Senior à l'Institut Universitaire de France pour une durée de 5 ans.

Catherine_PIcart.jpg

Catherine_PIcart.jpg

Une carrière jalonnée de distinctions
Après avoir été nommée membre de l'Institut Universitaire de France en 2007, avoir reçu un ERC Starting Grant BIOMIM en 2010, l'ERC Proof of Concept OSCODI en 2012 et avoir été l’une des 10 lauréates françaises des bourses « ERC Proof of Concept » en 2015, Catherine Picart est sélectionnée pour la médaille d’argent du CNRS 2016.

La nomination à l’IUF : la reconnaissance de l’excellence

L’IUF a pour mission de renforcer et d’appuyer la recherche de haut niveau ; la délégation auprès de l’IUF est effective pour une période de 5 ans. La nomination à L’IUF est faite après examen d’un dossier par un jury d’experts internationaux qui évalue la qualité et la valeur exceptionnelle des travaux déjà réalisés et du projet en lui-même.

Cette nomination va permettre d’accroitre la visibilité du laboratoire LMGP et de Grenoble INP. La présence d’un membre IUF parmi les enseignants-chercheurs est notamment un des indicateurs d’excellence qui a été favorable au laboratoire lors de la récente évaluation HCERES.

Les moyens et le temps mis à disposition par  lui permettront de jouer un rôle moteur majeur dans la recherche pluridisciplinaire grenobloise pour l'ingénierie biomédicale et d'une manière plus générale, dans l'interface physique-sciences du vivant.

Une reconnaissance qui rejaillie sur le LMGP et Grenoble INP

Au niveau formation, l'apport de l'enseignement sur les biomatériaux est considérable, évidemment en premier lieu pour la filière Biomedical Engineering, mais également pour la filière Science et Ingénierie des Matériaux. L'influence de Catherine, via ses cours, les projets d'étudiants et son rôle de responsable des relations industrielles pour la filière Biomedical Engineering est évident. Le nombre d'étudiants qui rejoignent ce domaine est toujours croissant. Il joue et jouera un rôle fort pour l'attractivité internationale de cette filière, de Phelma et de Grenoble INP.

Au niveau valorisation, les matériaux bioactifs sont idéalement taillés pour un transfert relativement rapide (à l'échelle des biosciences) vers les applications cliniques. En effet, ces matériaux implantables sont infiniment plus simples que les solutions thérapeutiques basées sur les cellules souches. Des études précliniques ultra-concluantes ont été faites, des chirurgiens sont prêts à transférer ce nouveau savoir grenoblois en applications réelles, pour des pathologies lourdes liées à des traumatismes ou des tumeurs. Comme vous le savez, un projet (APIOS) est en phase de maturation à la SATT Linksium. Sa réussite permettra de positionner Grenoble INP comme un acteur fort de ce domaine, prélude à de nouveaux développements.


Biographie de Catherine Picart

Catherine Picart a intégré Grenoble INP - Phelma en 2008. Ingénieur de Grenoble INP, puis docteur en 1997, elle poursuit son travail dans le cadre d'un post-doc à l'université de Pennsylvanie, où elle étudie la réorientation des molécules du cytosquelette des globules rouges lorsque la membrane de ceux-ci est déformée. Elle y met au point une technique originale de mesure de l'orientation de l'actine par polarisation et démontre un fort couplage entre la membrane cellulaire et le cytosquelette sous-jacent. Dès ce premier travail, on voit les lignes de force qui sous-tendent l'activité scientifique de Catherine Picart : étude des relations entre la structure et les propriétés fonctionnelles des objets de l'échelle moléculaire à l'échelle mésoscopique, rôle des forces mécaniques et des propriétés mécaniques, perfectionnement des techniques d'investigation, volonté de se rapprocher des conditions physiologiques et intérêt pour les applications médicales.
Nommée Maître de Conférences à l'Université de Strasbourg en 1998, Catherine Picart poursuit ses travaux de recherche au sein d'un laboratoire de l'Inserm, puis devient professeur en 2004 à Montpellier au département de biologie santé, avant de rejoindre Grenoble INP en 2008. Ses travaux ont retenu l'attention de l'ERC, qui sélectionne en 2010 le projet visant à élaborer de nouveaux matériaux multifonctionnels à base de biopolymères, dont elle et son équipe visent à contrôler plusieurs caractéristiques afin d'élucider la réponse de cellules. En 2015, elle décroche un second ERC Proof of Concept BIOACTIVECOATINGS qui a débuté officiellement en avril 2016.


@ consulter :

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 24 mai 2016

Univ. Grenoble Alpes