Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

50 ans Grenoble INP - Ensimag : Jacques Attali en conférence à l’Ensimag "La musique nous dit-elle quelque chose sur l’avenir du monde ?"

Publié le 20 juin 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué

Jacques Attali, économiste et écrivain, ancien conseiller de François Mitterrand, est aujourd’hui président de A&A, société internationale de conseils, spécialisée dans les nouvelles technologies, basée à Paris, et fondateur et président de PlaNet Finance. Passionné de musique, il est venu dans le cadre du cinquantenaire de l’Ensimag, le 17 juin 2011, faire une conférence sur ce que nous apprend la musique sur l’évolution de la société.

Pourquoi est-il important pour vous aujourd'hui de venir de parler de musique à des ingénieurs ?
Conférence publique de Jacques Attali : « La musique nous dit-elle quelque chose sur l'avenir du monde ? »50 ans Grenoble INP - Ensimag : Jacques Attali en conférence à l'Ensimag "La musique nous dit-elle quelque chose sur l'avenir du monde ?"Jacques Attali : "Parce les ingénieurs doivent comprendre que la vie ne se limite ni à des chiffres, ni à des techniques. Ils doivent avoir une vision beaucoup plus large du monde et comprendre que même ce qu'ils croient anecdotique est très important. Que l'on ne peut être un bon ingénieur que si on a des valeurs et une conception de la beauté, de l'art, du dépassement de soi. Et tout cela, la musique le permet. Je suis moi-même un mauvais pianiste et un mauvais chef d'orchestre. Depuis quelques années, je dirige de temps à autre l'orchestre symphonique de Grenoble. C'est la chose la plus compliquée que j'ai eu à faire. Il est en effet beaucoup plus difficile de diriger un orchestre que de faire des maths ou d'écrire. Cela demande une mobilisation intellectuelle totale : toutes les parties du cerveau sont sollicitées, mais aussi les yeux, le corps, tout est au travail, et j'aime les défis !"

Conférence - La musique, annonciatrice de l'évolution de la société
50 ans Grenoble INP - Ensimag : Jacques Attali en conférence à l'Ensimag "La musique nous dit-elle quelque chose sur l'avenir du monde ?"La musique a toujours été incroyablement prophétique dans son évolution, des destins à la fois culturels, idéologiques, économique, technologiques et politiques.
Si le bruit est toujours violence, la musique est toujours prophétie. En l'écoutant, on peut anticiper le devenir des sociétés. Dans sa conférence, Jacques Attali montre ce que la musique, aujourd'hui comme hier, annonce pour le monde de demain. "La liturgie était métaphore du sacrifice rituel ; le ménestrel annonçait le monde féodal ; le concert précéda la prise de pouvoir de la bourgeoisie ; l'enregistrement annonça la société de consommation ; le jazz précéda la révolte de la jeunesse contre la famille. Aujourd'hui, le MP3 et la musique virtuelle, la bataille entre les majors et Napster annoncent à la fois la victoire du capitalisme culturel et la gratuité de l'accès à toutes les formes d'art. Au-delà s'esquisse un autre monde où le plaisir de faire de la musique pourrait prendre le pas sur celui de l'écouter, où chacun pourrait devenir enfin créateur de sa propre vie."

 Comment la musique nous annonce-t-elle l'avenir de notre société ?

  • La musique annonce la mondialisation. Dès la fin du 19ème siècle, l'interaction entre la musique occidentale, orientale et africaine annonçait la mondialisation. Aujourd'hui, le continent africain domine en matière de musique. Si l'Afrique n'est pas le continent dominant à l'heure actuelle, elle pourrait cependant passer de un milliard d'habitants aujourd'hui à deux milliards en 2040... On note que l'Inde est également très influente en musique. Etonnamment, la Chine l'est très peu. Pour moi, cela renvoie au fait que la dynamique chinoise est très tournée sur elle-même, et qu'elle va le rester.
  • L'émergence d'une nouvelle économie. Le nombre de téléchargements de morceaux musicaux sur internet a explosé de façon très difficile à quantifier. Cette tendance annonce l'arrivée d'une économie sans règle ni contrôle, qui pose la question complexe de la rémunération de la création. Elle annonce l'explosion de l'univers de la gratuité dans la légalité.
  • Combat entre ancien et nouveau modèle économique. Si des lois comme Hadopi réussissaient à s'imposer, cela pourrait annoncer le maintien de l'ordre ancien par rapport à une nouvelle forme d'économie. Or, l'application de telles lois imposerait une forte intrusion dans la vie privée de chacun, et finalement, irait à l'encontre d'une certaine démocratie.
  • L'émergence d'un monde nomade où les jeunes prennent le pouvoir. Il suffit de voir le succès de Justin Bieber sur Youtube, ou celui de Lady Gaga sur Twitter pour constater que ce sont les jeunes qui contrôlent les nouvelles technologies liées à la musique et qui inventent une nouvelle façon de la vivre : la musique n'est plus possédée, mais partagée. On assiste ainsi à l'apparition de nouveaux rapports à la propriété.
  • La tyrannie du nouveau. En musique, n'est bon que ce qui est nouveau. L'apparition des hits parade en est une illustration parfaite. D'une façon générale, dans notre société, tout devient jetable, précaire, provisoire
  • La distraction pour faire face à la précarité. Si les gens ne sont plus prêts à payer pour acquérir le droit d'écouter de la musique, ils sont de plus en plus prêts à payer pour voir des chanteurs en concert. Le spectacle vivant devient très important.
  • De spectateur, on devient acteur. Jamais les ventes d'instruments de musique n'ont été aussi importantes, et de plus en plus, les chanteurs produisent eux-mêmes leurs album. On est dans l'ère du "faire par soi-même". Parallèlement, dans nos sociétés, on assiste à une négation croissante du salariat, et à une envolée du nombre de créations de petites entreprises individuelles.
  • Un rôle croissant dans l'éducation. La musique est un facteur d'apprentissage extraordinaire. Des études montrent que la musique améliore l'apprentissage des mathématiques. Or, l'enseignement, qui n'a pratiquement pas évolué depuis 25 siècles, devra s'adapter aux changements de la société.
  • La musique donne du sens à la mort. Or, une société qui est incapable de donner du sens à la mort, est condamnée à disparaître. On connaissait les vertus consolatrices et thérapeutiques de la musique, qui est de plus en plus utilisée en médecines parallèles. Elle est aussi un moyen de transformer la mort en éternité.
Merci à Jacques Attali ! La musique est l'avenir de l'homme !
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 21 juin 2011

Univ. Grenoble Alpes