Aller au menu Aller au contenu
Innover pour un avenir durable

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Innover pour un avenir durable
Innover pour un avenir durable

> L'Institut > Actualités

2 anciens de Grenoble INP nominés au prix Prix Marius Lavet

Publié le 10 mars 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

Grenoble INP est mis à l’honneur par le Prix Marius Lavet qui récompense le parcours d’ingénieurs, à la fois inventeurs et entrepreneurs. En effet, deux anciens élèves de l’Institut, Michel Bruel et Rachid Yazami, figurent parmi les trois nominés. Le lauréat 2016 sera désigné lors de la cérémonie présidée par Francis Mer, Ancien Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie qui se déroulera lundi 14 mars à 19h, à la Maison des Arts et Métiers, 9 bis avenue d’Iéna à Paris.

Ce prix est destiné à des ingénieurs inventeurs qui ont réussi à faire de leur invention une réussite industrielle et commerciale. Les hommes et des femmes récompensés depuis 15 ans sont tous parvenus à négocier avec succès la périlleuse interface entre l’innovation technologique et les marchés économiques.

Les trois finalistes de la XVème édition du prix Marius Lavet sont :
  • Michel Bruel et Bernard Aspar – Soitec (fabrication et industrialisation de puces pour smartphones et des matériaux qui servent à les graver)
  • Rachid Yazami – KVI (Conception d’une puce qui diagnostique l’état de santé des batteries lithium-ion, calcule son niveau d’autonomie et accélère sa recharge)
  • Charles-Edouard Vincent – Lulu dans ma rue (Ingénierie sociale : mise au point de solutions innovantes pour combattre la très grande exclusion)

Michel Bruel, diplômé de l’Institut polytechnique de Grenoble (1970), est l’inventeur du procédé de transfert de couches Smart Cut™ qui a permis l’adoption à grande échelle de silicium sur isolant (SOI) sur les circuits intégrés et les puces de nos smart phones. La Société Soitec implantée à Bernin (38) industrialise le procédé. Bernard Aspar est l’un des directeurs de la société.

Co-inventeur de la batterie lithium-ion utilisée dans tous les téléphones portables, Rachid Yazami (diplômé 1978) saisit l’occasion de cette reconnaissance française pour rappeler que l’anode des batteries lithium-ion a été découverte dans un laboratoire du CNRS - Grenoble  INP par un Franco-marocain, pur produit des systèmes d'enseignement et de recherche publiques de ces deux pays. La batterie utilisée par les nomades numériques que nous sommes tous devenus est une création en grande partie française. Son succès est celui de la recherche internationale dans laquelle la France joue un rôle de premier plan. L'attrait mondial pour cette nouvelle technologie amène aujourd'hui Rachid Yazami à poursuivre ses travaux à l'Université Technologique (NTU) de Singapour où il a fondé une start up : KVI.
« Le Prix Marius Lavet est aussi un message enthousiaste d'encouragement adressé à tous les talents issus de la diversité » déclare Rachid Yazami.

En savoir plus sur Marius Lavet :
Marius Lavet, Ingénieur de l’Ecole Nationale des Arts et Métiers (Cluny 1910) et de l’Ecole Supérieure d’Electricité (1911), est à l’origine de la montre à quartz qui fit sa fortune et celle de l’industrie horlogère.
Né en 1894 à Clermont-Ferrand, il est décédé à Paris le 14 février 1980. Sa carrière se déroula dans l’industrie horlogère, qui lui doit de nombreuses innovations technologiques. Il a déposé plus de cent brevets.



@ consulter :

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 14 mars 2016

Univ. Grenoble Alpes