Aller au menu Aller au contenu
Une excellence accessible à tous

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Une excellence accessible à tous
Une excellence accessible à tous

> Formation > La Prépa des INP > Actualités

Lison : Prépa et saxo, c’est du pareil au même

Publié le 4 février 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Prix et distinctions, Spectacle

Brillante élève en 3ème année à La Prépa des INP à Grenoble, Lison Costa-Roch est également une saxophoniste de talent. Bénéficiant du statut artiste de haut niveau (AHN), elle est récemment revenue du concours international de musique de chambre de Kaunas, en Lituanie, où elle a remporté le 2ème prix.
Rencontre avec cette mélomane qui se destine à une carrière scientifique.

LIson Costa-Roch_vignette.jpg

LIson Costa-Roch_vignette.jpg

Peux-tu nous parler de ton parcours ?
"Je pratique depuis mon plus jeune âge la musique, pas uniquement le saxo. Au lycée j’étais sur plusieurs projets, en danse également, cela m’occupait autant que les cours ! J’avais envie de faire des études scientifiques mais je ne voulais pas tout arrêter : pratiquer la musique est un équilibre pour moi.

C’est alors que j’ai appris l’existence d’aménagements à La Prépa des INP et l’idée m’a plu ! Je voulais m’orienter vers la science mais l’université ne m’attirait pas. Etre encadrée et poussée comme à La Prépa des INP, avec en plus le statut AHN me correspond mieux. J’ai donc candidaté à la fois à La Prépa et au conservatoire de Grenoble, où j’ai été admise en 2016, pour suivre le Cycle Enseignement Professionnel Initial (CEPI) et les enseignements en vue de d’obtenir le Diplôme d’Etudes Musicales (DEM) en saxophone
."

Comment gères-tu ce double emploi du temps ?
"J’ai choisi de réaliser mon cursus à La Prépa des INP en 3 ans car j’ai beaucoup de projets musicaux. Nous avons des projets au conservatoire, le concert Musisciences avec d’autres élèves artistes de Grenoble INP et je participe également à un ensemble de musique de chambre. Avec toutes les répétions, je passe beaucoup de temps au Conservatoire mais aussi beaucoup de temps à faire des allers retours. C’est une organisation, les journées sont bien remplies et je n’arrête pas 2 minutes mais j’adore ça ! Je suis hyper contente de ce que je fais et de ce double statut : j’ai trouvé mon équilibre entre cours et musique. Je ne veux arrêter ni l’un ni l’autre !
Mais je ne suis pas une machine, parfois je sais aussi dire stop et faire autre chose. En première et seconde année, j’étais plus investie dans la vie étudiante, j’ai même participé au BDE en 1ère année !

Ce double statut m’a fait murir, j’ai beaucoup appris en pratiquant la musique à si haut niveau tout en gérant l’intensité des cours de La Prépa. L’aménagement dont j’ai bénéficié n’est pas une solution miracle mais c’est le meilleur moyen de mener de front ces deux engagements ! De toutes manières, je n’aime pas faire les choses à moitié, je me donne à fond pour faire le maximum. Nous sommes un certain nombre de musiciens à jongler entre Prépa et Conservatoire. Certains visent plus une carrière d’ingénieur que musicale, d’autres l’inverse. Nous avons tous des parcours différents et c’est très enrichissant ! Je trouve que l’environnement de La Prépa et celui du Conservatoire sont très complémentaires."


C’est ta dernière année à La Prépa des INP à Grenoble, quels sont tes projets pour l’année prochaine ?
"C’est un peu compliqué car il n’existe pas d’équivalence inter région entre Conservatoires pour mon cursus en CEPI. Par exemple si je choisis d’intégrer une école de Toulouse INP il faudra que je passe à nouveau les concours d’entrée au Conservatoire régional. Aujourd’hui, après 2 ans et demi de Prépa je sais que je veux continuer la musique mais je ne veux pas en faire ma vie. J’aimerais soit intégrer Grenoble INP – Phelma, soit une école d’aéronautique à Toulouse, je me mets beaucoup de pression pour que mes résultats soient bons !  Mais mon prof de saxophone classique du conservatoire de Grenoble est super, ce qui me retient un peu…je suis en phase de réflexion en ce moment.
Pour l’instant, je me concentre pour finir mon année et voir quelles matières me plaisent le plus au second semestre ; j’échange également beaucoup avec les élèves ingénieurs en statut AHN car le rythme en école est différent."


Tu es la première artiste à bénéficier du soutien de la Fondation Grenoble INP, peux-tu nous en dire plus ?
" Pour pouvoir rentrer en cursus CEPI, il fallait impérativement que je change mon vieux saxo que j’avais depuis mes 6 ans. Cela reste un investissement pour une élève boursière, même si ma famille me soutient. Ce fut donc un grand honneur pour moi d’être la première élève en statut AHN à bénéficier d’une bourse de la Fondation Grenoble INP. J’ai pu acquérir un nouveau saxo de qualité professionnelle. Aujourd’hui j’aborde, musicalement parlant, une dimension qu’il ne m’aurait pas été possible d’atteindre avant avec un instrument qui ne serait pas haut de gamme."

Tous nos vœux de réussite pour cette dernière année en Prépa et pour la suite !!

A noter :
Lison donnera deux représentations avec les membres de l'ensemble de saxophones du Conservatoire à Rayonnement Régional de Grenoble dans le cadre du festival "Détours de Babel" le 23 mars à 14h30 et 16h
 
ensemble de saxo

 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 13 mars 2019

Univ. Grenoble Alpes