Aller au menu Aller au contenu
L'esprit d'innovation partagé

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
L'esprit d'innovation partagé
L'esprit d'innovation partagé

> Entreprises

Premier emploi : faire le pari des PME

Mis à jour le 22 juillet 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

Les jeunes diplômés de Grenoble INP ont tendance à intégrer de grands groupes industriels, délaissant sensiblement les PME. Pourtant, celles-ci offrent d'intéressantes opportunités professionnelles.

Organisée par l'APEC et le groupe Grenoble INP, conjointement avec le pôle de compétitivité Minalogic, la première rencontre JOB Innov' qui s'est déroulée le 13 novembre 2008, avait pour but d'inciter les futurs ingénieurs à postuler dans ces entreprises prometteuses. Le constat est, de fait, étonnant : selon les résultats de l'enquête de suivi des diplômés du groupe Grenoble INP 2007, il apparaît que 70 % d'entre eux ont intégré de grands groupes de plus de 500 salariés pour leur premier emploi. Or, les PME sont de vrais viviers d'emplois. Pourquoi les PME sont-elles si peu attractives auprès des jeunes par rapport aux grands groupes ? Force est de constater que pour beaucoup de jeunes diplômés, entrer dans une grande entreprise est souvent un gage de sécurité. C'était ce que pensait Péma Suter en entrant au sein de l'Alliance Crolles 2 chez Freescale en 2006, son diplôme d'ingénieur tout juste en poche. Et pourtant... A peine un an plus tard, l'Alliance était démantelée, et Péma se retrouvait au chômage. C'est alors qu'elle entre chez Maya Technologies, qui venait d'être créée. Maya est aujourd'hui une PME grenobloise de 44 salariés, spécialisée dans l'accompagnement de ses clients dans leurs programmes de Recherche & Développement. D'intéressantes opportunités professionnelles En ces temps économiques parfois incertains, les grands groupes offrent-ils réellement plus de sécurité que les PME ? Pas sûr. "Aujourd'hui, un ingénieur a très peu de chance de réaliser l'ensemble de sa carrière dans une seule entreprise, comme cela pouvait être le cas pour nos parents ou nos grands-parents. Ce n'est d'ailleurs pas souhaitable !", insiste Nicolas Leterrier, délégué général de Minalogic. A la sécurité, il faut préférer le défi de la création et de l'innovation. Et les PME proposent justement d'intéressantes opportunités professionnelles, et sont elles aussi porteuses d'innovation. Alors, comme a conclu Nicolas Leterrier à l'adresse des futurs ingénieurs et docteurs : "Faites le pari des PME. Ouvrez-vous au monde !"
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 22 juillet 2011

Univ. Grenoble Alpes