Aller au menu Aller au contenu
L'esprit d'innovation partagé

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
L'esprit d'innovation partagé
L'esprit d'innovation partagé

> Entreprises

Nucléaire civil, d’immenses besoins en compétences

Mis à jour le 22 octobre 2012
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

Pour assurer le remplacement des prochains départs en retraite de ses ingénieurs, ainsi que pour supporter l'expansion du nucléaire civil dans le monde, EDF soutient les filières de formation dans le domaine du nucléaire et en particulier celles, incontournables, de Grenoble INP.

Laurent Stricker, conseiller du PDG d'EDF pour les activités nucléairesLe nucléaire civil est aujourd'hui en pleine expansion à travers le monde: 35 réacteurs sont actuellement en construction, et EDF ambitionne de construire une dizaine d'EPR (Europeen Pressured Reactor) en France, en Chine, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis d'ici 2020. De fait, l'énergie nucléaire présente le triple avantage de pouvoir être produite en grandes quantités et à des coûts prévisibles, de ne pas être à l'origine d'émissions de dioxyde de carbone, et d'être "durable" en raison de la grande quantité de combustible disponible, en particulier avec la mise en œuvre de la "Génération IV".
"40% des ingénieurs du nucléaire d'EDF partiront à la retraite d'ici 5 ans"
En France, où la période du suréquipement nucléaire est bel et bien terminée, de nouveaux réacteurs doivent être construits, et le parc existant entretenu. Bien sûr, cela nécessite des compétences pointues... Or, près de 40% des ingénieurs et techniciens EDF spécialisés dans le nucléaire partiront à la retraire d'ici 5 ans. Afin d'assurer le remplacement générationnel et le développement de la filière, on estime qu'il faudrait recruter en France 1200 ingénieurs par an sur 10 ans, dont la moitié rien que pour EDF. Quand on sait que l'ensemble des écoles d'ingénieurs et masters en forment à peine 600, on comprend l'intérêt de soutenir la mise en place de nouvelles formations et d'augmenter la capacité d'accueil des filières existantes. A cet égard, EDF a d'ailleurs récemment créé la Fondation européenne pour les énergies de demain, sous l'égide de l'Institut de France. Elle soutient notamment le développement des filières nucléaires proposées par le groupe Grenoble INP, identifié comme un acteur incontournable dans ce domaine.
Laurent Stricker, conseiller du PDG d'EDF pour les activités nucléaires
A Grenoble INP, 2 écoles d'ingénieurs proposent une formation dans le domaine du nucléaire "Génie énergétique et nucléaire" :
  • Phelma
  • Ense3

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 22 octobre 2012

Univ. Grenoble Alpes