Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
L'esprit d'innovation partagé

Institut polytechnique de Grenoble

-

Grenoble Institute of Technology
L'esprit d'innovation partagé

Eveon : Révolution autour de l’injection

29 août 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

En s'inspirant du moustique, Eveon a développé un microsystème d'injection automatique de médicaments. La start-up, qui entretient des liens très étroits depuis sa création avec Grenoble INP - Phelma et le laboratoire IMEP-Lahc, a été récompensée par le prix des jeunes entreprises innovantes de L’Usine Nouvelle, dans la catégorie Produits innovants.

Eveon : innection sans pistonPiqûre accidentelle, imprécision sur la dose, non-respect de la profondeur ou de la vitesse d'injection... tels sont les risques liés à l'injection de médicaments avec une seringue sans piston, surtout si le malade s'administre lui-même le produit ! Aussi, les systèmes d'injection sans piston développés par la start-up grenobloise Eveon sont-ils sans aucun doute promis à un bel avenir. Des injections précises et sans risque Le piston et la poussée manuelle y sont remplacés par des capteurs et une micropompe conçue par des chercheurs d'IMEP-Lahc, afin de répondre à des exigences d'encombrement (moins de 1 cm²) et de faible consommation d'énergie (moins de 5 volts), le tout piloté par électronique. La piqûre est ainsi extrêmement précise et sans risque. Avec la recrudescence de maladies chroniques, qui nécessitent des injections régulières, ou le développement du maintien à domicile des patients, les besoins pour un tel dispositif sont croissants. De plus, les groupes pharmaceutiques s'intéressent de plus en plus à ce type d'innovation. « Pour chaque molécule qui sort sur le marché, on estime le nombre d'injections potentielles de 1 à 4 millions par an, explique Vincent Tempelaere, le dirigeant d'Eveon. De plus, il existe des opportunités avec des molécules anciennes ou en fin de vie, dont le système d'injection est régulièrement repensé par les laboratoires. » Eveon propose de développer des seringues high-tech à façon pour ses clients, en fonction de leur cahier des charges. Sans piston, dotée d'un capuchon et d'une aiguille rétractable pour plus de sécurité, ses seringues comportent des capteurs de tissus humains à base de microsystèmes (capteurs, diodes...). Toute cette technologie leur permet d'injecter la bonne dose de médicament, précise au microlitre près, et ce dans des conditions idéales de vitesse et de pression. Un tour de table à 450 000€ pour développer un microsystème Eveon : pipette innovationSi Eveon s'occupe d'assembler les briques technologiques de ces produits, son ambition ne s'arrête pas là. L'entreprise vient de décrocher un financement du fonds unique interministériel (FUI), par le biais du pôle de compétitivité Minalogic, pour développer un microsystème spécifique à son dispositif. Ces travaux seront menés dans le cadre du programme Fluidique MEMS intégrée pour l'injection intelligente (Flu-Min 3), regroupant les laboratoires IMEP-Lahc (Grenoble INP, CNRS), CEA-Leti, et les sociétés A.Raymond et Cedrat, et dont Eveon est coordinateur. Après un tour d'amorçage de 450000 euros en juin 2009, Eveon a clôturé en avril 2010 une seconde levée de fonds, de 2,1 millions d'euros, auprès notamment de la Holding familiale Rosin Groupe. Les premiers dispositifs conçus par Eveon, qui est déjà en pourparlers avec plusieurs groupes pharmaceutiques, devraient être mis sur le marché d'ici 2011-2012.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Xavier Oster

mise à jour le 29 août 2011

Université de Grenoble