Aller au menu Aller au contenu
Donner vie aux connaissances scientifiques

Institut polytechnique de Grenoble

Grenoble Institute of Engineering
Donner vie aux connaissances scientifiques

> Recherche - Valo > Eclairages

GreenLys : le succès d’un smartgrid made in Rhône-Alpes

Mis à jour le 30 mai 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Après quatre années d’expérimentations, les résultats du projet de réseau électrique intelligent GreenLys sont plus qu’encourageants. Le dispositif pourrait d’ailleurs servir de modèles pour d’autres villes. Un succès auquel Grenoble INP a largement contribué par le biais du laboratoire G2ELab.

Energies propres.jpg

Energies propres.jpg

L’heure du bilan a sonné pour le démonstrateur Greenlys, testé depuis quatre ans à Grenoble et à Lyon pour évaluer le potentiel (et les limites) des réseaux électriques intelligents. Il s’agissait notamment d’étudier la manière dont ces derniers pourraient permettre d’adapter la demande aux contraintes des réseaux électriques qui intègrent de plus en plus de sources d’énergie renouvelable, par nature peu stockables et difficilement prévisibles. Le G2ELab, laboratoire co-piloté par Grenoble INP, a apporté son expertise au projet, ainsi que des outils de simulation et de démonstration (plateforme SMART GRID PREDIS).
Entre autres expérimentations, ce démonstrateur visait à tester l’effet de « l’effacement des consommations ». En clair, il s’agit de baisser ou de déplacer temporairement la consommation électrique d’un foyer ou d’un bâtiment à distance, en agissant sur le système de pilotage des consommateurs. Lors d’un pic de consommation sur le réseau, cette baisse évite le recours à des centrales « de pointe », qui utilisent des énergies fossiles qui souvent les moyens les plus chers et les plus polluants (dégageant d’importantes quantités de dioxyde de carbone). Si l’impact sur la facture des consommateurs s’est avéré négligeable comme l’ont souligné certains media, le bilan est loin d’être négatif. « L’objectif premier de l’effacement est d’éviter la mise en route de centrales de pointe très polluantes, en lissant les pics de consommation, voire de proposer des services système au réseau, rappelle Nouredine Hadjsaid, professeur à Grenoble INP – Ense3, chercheur au G2ELab, et expert en smartgrids. Or, pour cela, l’expérience est un succès. »

Des clients satisfaits
Pour le reste, les expérimentateurs semblent satisfaits. Car le projet avait cette particularité d’impliquer la participation de 400 clients cobayes à Grenoble et à Lyon, lesquels ont été équipés d’outils de gestion et de pilotage de leurs appareils de chauffage par smartphones ou ordinateurs, et ont bénéficié d’offres tarifaires adaptées. Pour la majorité d’entre eux, la motivation principale était une meilleure maîtrise de leur consommation d’énergie et d’être acteur du système électrique intelligent. À l’issue de cette expérimentation, 82 % des clients testeurs se sont dits satisfaits. « Ces réseaux électriques intelligents sont aujourd’hui considérés comme la clé de voûte de la transition énergétique des territoires. Ils permettent notamment d’intégrer la production d’énergies renouvelables, de gérer les variations de production, d’améliorer la qualité et la sécurité du réseau et de faciliter la participation du citoyen à la gestion de sa consommation. »
Enfin, l’expérience a permis de tester de nombreuses solutions innovantes, dont certaines sont même des premières mondiales. C’est le cas de l’auto-cicatrisation des réseaux de distribution qui permet au réseau de se reconfigurer en des temps records (sans même que les clients s’en aperçoivent), de la prévision en temps réel de la production photovoltaïque grâce à une combinaison de données satellites, de prévision météo, des caméras qui scrutent le ciel et de traitement d’image, ou encore des outils d’observation du réseau en temps réel avec peu de capteurs à l’aide des compteurs intelligents.
Dans le cadre de « La nouvelle France industrielle », le gouvernement vient de labelliser le projet Rhône-Alpe-Auvergne de campus Smartgrid, qui sera dédié aux technologies et solutions smartgrids et regroupe un certain nombre d’acteurs déjà impliqués dans le projet Greenlys. A suivre.

* GreenLys est l’un des seuls démonstrateurs de smartgrid ayant une vision système de l’ensemble de la chaîne de valeur électrique et regroupant des représentants de l’ensemble de la chaine : universités, centres de recherche, industriels de technologies de l’énergie et des TIC, distributeurs et transporteurs d’énergie, collectivités, associations, consommateurs…


 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Clotilde Waltz

mise à jour le 30 mai 2016

Contact de la DRIVE

Des partenaires aux compétences complémentaires
Piloté par ERDF, le projet Greenlys a également fédéré les compétences de GEG, GDF SUEZ, Schneider Electric et Grenoble INP et associé un certain nombre d'experts dans le domaine du Smart Grid (Atos Worldgrid, le CNRS LEPII, HESPUL, le CEA-LITEN, ALSTOM GRID, RAEE et RTE). Grenoble INP y a apporté son expertise scientifique et académique sur la gestion du réseau électrique en présence de production décentralisée, la gestion de l'énergie dans les bâtiments, l'intégration de véhicules électriques, et bien sûr, ses outils de simulation et de démonstration préliminaire via le G2ELAB et la plateforme Prédis.
Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes